Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Terre des hommes | Antoine de Saint-Exupery]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1657
Localisation: Ile-de-France
Âge: 49 Poissons


Posté: Lun 04 Mai 2020 12:52
MessageSujet du message: [Terre des hommes | Antoine de Saint-Exupery]
Répondre en citant

J'aurais voulu, en ces jours, relire Petit Prince. Je ne l'ai pas sous la main, les bibliothèques sont actuellement inaccessibles, et on m'avait dit, il y a très longtemps, que Terre des hommes était un peu le Petit Prince pour adultes, ou, comme aurait sans doute préféré l'exprimer Saint-Exupéry : Petit Prince expliqué aux adultes, qui nécessitent davantage d'explications...
Je souscris entièrement à ce jugement sur ce récit autobiographique. Les premières expériences de pilotage de l'auteur y sont relatées, ainsi que des histoires particulièrement marquantes : le sauvetage miraculeux de l'ami Guillaumet à travers les Andes, celui, tout aussi prodigieux, de l'auteur accompagné de son mécanicien Prévot, dans le Sahara libyen, l'affranchissement du vieil esclave Bark, le sourire du maquisard espagnol se réveillant pour aller guerroyer...
Expériences et hommes remarquables, paysages rudes d'une planète indomptée et hostile, histoires de rencontres, d'amitiés éphémères, de peurs, de désespoirs, du courage qu'il faut pour être un homme, lequel n'a rien à voir avec le banal mépris de la mort : dans cette Terre des hommes l'auteur a déjà « pris de la hauteur ».


Cit. :


1. « Il te suffisait de fermer les yeux pour faire la paix dans le monde. Pour effacer du monde les rocs, les glaces et les neiges. À peine closes, ces paupières miraculeuses, il n'était plus ni coups, ni chutes, ni muscles déchirés, ni gel brûlant, ni ce poids de la vie à traîner quand on va comme un bœuf, et qu'elle se fait plus lourde qu'un char. Déjà, tu le goûtais, ce froid devenu poison, et qui, semblable à la morphine, t'emplissait maintenant de béatitude. Ta vie se réfugiait autour du cœur. » (p. 44)

2. « Cette pesanteur me lie au sol quand tant d'étoiles sont aimantées. Une autre pesanteur me ramène à moi-même. Je sens mon poids qui me tire vers tant de choses ! Mes songes sont plus réels que ces dunes, que cette lune, que ces présences. Ah ! le merveilleux d'une maison n'est point qu'elle vous abrite ou vous réchauffe, ni qu'on en possède les murs. Mais bien qu'elle ait lentement déposé en nous ces provisions de douceur. Qu'elle forme, dans le fond du cœur, ce massif obscur dont naissent, comme des eaux de source, les songes... » (p. 66)

3. « Il était libre, mais infiniment, jusqu'à ne plus se sentir peser sur terre. Il lui manquait ce poids des relations humaines qui entrave la marche, ces larmes, ces adieux, ces reproches, ces joies, tout ce qu'un homme caresse ou déchire chaque fois qu'il ébauche un geste, ces mille liens qui l'attachent aux autres, et le rendent lourd. Mais sur Bark pesaient déjà mille espérances... » (pp. 106-107)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]

 Afficher toutes les notes de lectures pour ce livre
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre