Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale    
[Alexis Zorba | Nikos Kazantzaki]
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1714
Localisation: Nîmes
Âge: 61 Lion


Posté: Mar 21 Mai 2019 12:12
MessageSujet du message: [Alexis Zorba | Nikos Kazantzaki]
Répondre en citant

« J’ai fait sa connaissance au Pirée où j’étais descendu prendre le bateau pour la Crète ».
Reprendre la lecture d’« Alexis Zorba » après des décennies, grâce à une nouvelle traduction remarquable, permet de retrouver l’amitié solaire entre deux hommes, voguant de l’aube au crépuscule et d’en saisir l’esprit au vent léger des pages qui pulsent, pivotent et s’amoncellent au fil d’une lecture enchantée comme si la vie pouvait se rejouer indéfiniment avec les mêmes élans. Il s’agira d’en savourer tous les instants, depuis la rencontre entre Zorba et Kazantzaki, dans un bistrot du Pirée jusqu’au don du santouri, la cithare céleste, l’âme de Zorba.
Alexis Zorba cherche une embauche et propose spontanément ses services au narrateur, double de Nikos Kazantzaki, en partance pour la Crète et l’exploitation d’une mine de lignite. Zorba, homme libre et vivant, fascine par sa faconde, ses histoires et ses réflexions. Le narrateur se laisse porter par la présence de Zorba et par la magie de la Crète, terre mythique immémoriale : « Ce paysage crétois… sobre, dépourvu de richesses superflues, puissant et retenu, allait à l’essentiel… Mais au milieu de ces lignes sévères… Dans des cuvettes, à l’abri du vent, citronniers et orangers répandaient leurs effluves… ». Le narrateur va délaisser sa cérébralité, entrer en résonance avec Zorba, la Crète, ses habitants, l’espace et le temps se dilatant, la présence au monde se densifiant : « Le rythme cyclique du temps, la course de la roue du monde, les quatre visages de la terre que le soleil éclaire tour à tour, la vie qui s’en va, et nous qui nous nous en allons avec elle, tout cela instilla à nouveau le trouble dans mon cœur. J’entendis à nouveau retentir en moi, avec le cri de la grue, la terrible mise en garde: cette vie est unique pour chacun de nous, il n’y en a pas d’autre, elle passe promptement, et tout ce dont on peut jouir, c’est ici qu’on en jouira. Nulle autre occasion ne nous sera offerte jusqu’à la fin des temps ».
Si Nikos Kazantzaki a changé le prénom du véritable Zorbas rencontré dans des conditions similaires, passant de George Zorbas (1865-1941) à celui d’Alexis Zorba, peut-être est-ce pour enchâsser l’alphabet, entre le A et le Z ? Zorba agit comme s’il devait mourir à tout instant. Sans dieu ni maître, sans crainte et sans regret, il vit pleinement le moment, sensible, à l’écoute et sa trajectoire de vie ouvre sur l’infini.

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]

 Afficher toutes les notes de lectures pour ce livre
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre