Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[La fabrique de filles | Laure Mistral]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1797
Localisation: Ile-de-France
Âge: 50 Poissons


Posté: Sam 08 Fév 2014 15:06
MessageSujet du message: [La fabrique de filles | Laure Mistral]
Répondre en citant

Ce livre, qui a peut-être été conçu pour un lectorat d'adolescentes, est une mise au point simple et efficace des problématiques liées aux études de genre en France, tendant à montrer par quels biais, dès le plus jeune âge, une éducation différentielle entre garçons et filles provoquera ensuite une somme impressionnante d'inégalités sexuées.
Il commence par une série de six témoignages menés de façon semi-directive (selon l'inégale aptitude au discours des interviewées, qui ont entre 14 et 54 ans et des profils sociaux très variés), visant à leur faire prendre conscience (ainsi qu'au lectorat) d'instances discriminatoires mineures, quotidiennes et presque inaperçues - ex. le droit de sortir avec les copains le soir qui diffère selon les genres. Souvent les entretiens ont commencé par la question : "Êtes-vous contente d'être une fille ?" ou similaires.
S'ensuit un dossier qui systématise la question de la "création du genre" [je suis persuadé à présent que l'on ne peut pas parler d'une "théorie du genre" en France, mais de plusieurs créneaux de recherche en "études de genre", n'en déplaise à certains manifestants récents...], selon une progression quasi chronologique dans la vie d'une enfant-fille-femme : à partir des réponses des neurosciences aux questions "biologiques différentialistes" (cérébrales, d'instinct, d'hormones, génétiques) ; puis sur la "fabrique familiale des filles" (dès la perception sexuée du bébé - exemple très saisissant : photo d'un bébé qui pleure - si c'est un garçon on l'interprète comme un signe de colère, si c'est une fille comme un signe de peur (p. 87-88)) ; la "fabrique médiatique des filles" ; la "fabrique scolaire..." - où, très étrangement pour moi, l'on avance avec insistance l'idée que les filles auraient intérêt à revenir à une scolarité non-mixte, au moins dans certaines disciplines, notamment scientifiques ; "la fabrique professionnelle", où les inégalités sont les plus connues du grand public ; "la fabrique politique", sur les inégalités de représentation ; "la fabrique sociale" comportant la question des violences et celle des religions.
Enfin, on atteint la troisième partie, la plus intéressante, comprenant quatre longs entretiens : avec l'anthropologue Catherine Monnot, auteure d'une étude sur l'apprentissage de la féminité chez les préadolescentes de 9-11 ans ; avec l'historienne Christine Bard, spécialiste d'histoire contemporaine des femmes et du féminisme ; avec la sociologue Marie Duru-Bellat, spécialiste des politiques éducatives et des inégalités sociales ; avec la grande Françoise Héritier qui clôt avec sa synthèse très connue sur le système de valeurs renfermées dans l'opposition Masculin/Féminin.
Inutile de préciser que cette dernière partie est celle qui permet d'approfondir et d'ouvrir la réflexion lorsque l'on n'est pas complètement profane, la précédente étant une synthèse succincte et didactique et la première juste une mise en appétit pour un public débutant.

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
le_regent



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 174
Localisation: sud du Cher
Âge: 75 Scorpion


Posté: Dim 09 Fév 2014 15:25
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonjour Apo
Moi aussi je suis très perplexe devant l'éventualité de revenir à une scolarité non-mixte. L'envisager me paraît conclure à l'impossibilité pour les établissemements d'enseignement d'éduquer les garçons et les filles à l'égalité des sexes. Mais peut-être les pressions des familles, du quartier sont-elles effectivement bien plus fortes que les incitations des enseignants. Dans ce cas la non-mixité permettrait de soustraire momentanément les filles au contrôle exercé en particulier par l'intermédiaire des garçons. Que le problème se pose ne me réjouit pas.
Cordialement
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1797
Localisation: Ile-de-France
Âge: 50 Poissons


Posté: Lun 10 Fév 2014 9:12
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonjour Le Régent,
L'argumentaire de ce livre concernant les classes non-mixtes n'a aucun rapport avec les pressions des familles ou des quartiers dans ce sens. Il se fonde sur le constat de l'intériorisation, de la part des jeunes filles, du stéréotype selon lequel elles devraient être inférieures aux garçons dans les disciplines scientifiques et éventuellement supérieures seulement dans les arts et les lettres - qui sont moins valorisés de toute façon... De ce fait, pour se conformer aux attentes communes, elles se mettent moins en avant, elles restent plus effacées et d'autre part les enseignants leur donne(raie)nt moins la parole (en durée et en fréquence), ils les incite(raie)nt moins que les garçons, d'autant que les filles à plus faibles résultats sont statistiquement moins indisciplinées et donc requièrent moins d'effort pédagogique que les élèves de l'autre sexe. L'esprit d'émulation, dans les cours de sciences, n'opère(rait) que chez ces derniers, alors qu'il en serait à l'opposé, par exemple, dans les cours de français. D'où l'idée qu'il serait bénéfique pour les deux genres de se séparer dans ces matières.
Pour ma part, je ne suis pas vraiment d'accord pour une question de socialisation, d'autant plus qu'il me semble qu'une telle séparation s'opère déjà, hélas, assez spontanément par les choix des filières au lycée.

"Intéressant", cependant, que l'on ait tous tendance à associer intuitivement les inégalités de genre à l'école (ou ailleurs) avec les ZEP (et les banlieues)... Eh oui... comme quoi, comme j'avais lu lorsque l'affaire DSK était d'actualité : "On est violeur d'un côté du périph' et séducteur de l'autre"...
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
le_regent



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 174
Localisation: sud du Cher
Âge: 75 Scorpion


Posté: Lun 10 Fév 2014 11:00
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonjour Apo
Oui, je reste marqué par ma lecture de Stéphane Beaud qui évoque brièvement les filles dans "80% au bac... et après?" tout en expliquant pourquoi il ne leur donne pas plus de place dans son livre.
Par rapport à l'argumentation de "La fabrique des filles", que je lirai volontiers quand j'en trouverai le temps, je trouve le raisonnement risqué. Je craindrais qu'on l'étende au monde du travail en recommandant de constituer des équipes de femmes pour qu'elles puissent vraiment exprimer toutes leurs potentialités.
Cordialement
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
le_regent



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 174
Localisation: sud du Cher
Âge: 75 Scorpion


Posté: Mar 11 Fév 2014 11:15
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonjour Apo
Il me revient soudain en mémoire que dans Germinal, Zola évoque la fréquence de l'union de fait, du concubinage, dans la classe ouvrière à une époque où elle est inenvisageable dans la bourgeoisie (Catherine, la fille des Maheu, et... je ne sais plus le nom de son compagnon). C'est peut-être une des faiblesses des études de genre, en tout cas de celles que j'ai lu, que de nous parler d'hommes et de femmes relativement abstraits, dans la mesure où ils et elles ne sont pas considérés comme relevant de catégories socio-professionnelles diverses. Ce n'est probablement pas la même chose que d'être homme ou femme, garçon ou fille à Neuilly (au hasard!) que dans « les quartiers ». Je me demande s'il subsiste encore des différences selon les régions (peut-être en Italie, entre l'Italie du Nord et celle du Sud, ou la Sardaigne?). Je ne serais pas étonné qu'il y en ait entre la métropole et les Antilles, dont j'ai lu quelque part que la proportion de familles monoparentales y était beaucoup plus élevée. Quid de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française ? Un film récent dont je n'ai pas retenu le titre montre qu'il y a matière à une « vision d'artiste » en ce qui concerne Mayotte.
Cordialement
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1797
Localisation: Ile-de-France
Âge: 50 Poissons


Posté: Mar 11 Fév 2014 21:21
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonsoir Le Régent,
j'en suis encore aux débuts de mes lectures concernant les études de genre, et je trouve déjà beaucoup plus de détracteurs et autres critiques que d'enthousiastes. Il existe aussi des confusions avec une ou des "théories du genre" qu'on accuse de nier toute différence entre les sexes et de pencher vers une multiplicité (non-binaire) de sexualités queer.
Ce qui me paraît intéressant dans les études de genre, pour ma part, - et c'est le fond de ce livre - c'est la démarche partant du fameux aphorisme de Beauvoir ("On ne naît pas femme, on le devient") et visant à dénoncer tout ce qui, dans l'éducation et dans la socialisation différentielles - ainsi que dans les stéréotypes omniprésents, produit ensuite des inégalités de genre.
Cette démarche ne me semble pas contradictoire, mais parfaitement complémentaire avec toute autre approche de sociologie critique qui dévoile et dénonce d'autres formes d'inégalités ou d'autres facteurs cumulatifs qui ont un effet aggravant sur celui qui nous concerne.
C'est un peu ce que je reproche aussi à Nancy Huston que je suis en train de lire actuellement.
Bonne soirée et merci de ce dialogue qui devient très intéressant grâce à tes apports variés.
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
le_regent



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 13 Oct 2011
Messages: 174
Localisation: sud du Cher
Âge: 75 Scorpion


Posté: Mer 12 Fév 2014 10:17
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonjour Apo
Encore une remarque sur ce sujet, dont tu vois qu'il ne m'intéresse pas médiocrement. Les lectures ethnographiques sont très instructives en la matière. Elles montrent (la formule de Simone de Beauvoir a été très positive en son temps, mais je vais m'exprimer autrement) que l'on naît bien homme ou femme, mâle ou femelle si l'on préfère (à de rares exceptions près), pas absolument tous fertiles, mais que les féminités et les virilités (je choisis le pluriel à dessin), en tant que signes de cette alternative biologique sont aussi « arbitraires » que les diverses langues parlées dans le monde (mon choix du mot arbitraire renvoie au Cours de linguistique générale de Saussure).
Il n'est pas « naturel » que les travaux des champs soient le fait des hommes, comme c'est le cas dans les civilisations d'origine occidentale (ma grand-mère maternelle aidait bien mon grand-père dans les champs, mais c'est parce que leur petit domaine ne dégageait pas assez d'argent pour payer un domestique) puisque chez certains peuples africains (et peut-être dans d'autres parties du monde) le travail des champs est uniquement le fait des femmes (l'association symbolique de deux fertilités, peut-être?).
Lévi-Strauss évoque le fait que chez un certain peuple du Brésil (les Nambikwara je crois), les femmes articulent leur langue d'une façon différente de celle des hommes. Des Occidentaux peuvent se représenter la chose en imaginant les femmes zozotter comme de petits enfants.
Je n'ai plus de référence précise, mais chez certains peuples ce sont les jeunes hommes qui doivent se parer, de différentes manières, pour séduire les jeunes filles.
Et si nous allons du côté de « l'instinct » maternel (je n'ai pas encore lu le livre d'Elizabeth Badinter sur ce sujet), en Polynésie, dès qu'il lui naît une fille, la femme lui abandonne la charge des puînés, « l'instinct » maternel laissant la place à « l'instinct » sororal.
L'histoire apporte aussi sa contribution. Si l'on enseigne encore aux enfants qu'un garçon ne pleure pas, les gentilshommes du XVIIIe siècle fondaient en larmes à tout propos (voir Rousseau).
Mais la vulgarisation de tout cela reste encore à faire dans une large mesure, et surtout (mais là, je me répète) dans les couches les plus populaires.
Bonne continuation de tes lectures.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre