Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[La vie commune | Tzvetan Todorov]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1749
Localisation: Ile-de-France
Âge: 50 Poissons


Posté: Mar 14 Juin 2022 17:32
MessageSujet du message: [La vie commune | Tzvetan Todorov]
Répondre en citant

L'objet de cet essai est de « traiter non, comme on le fait d'habitude, de la place de l'homme dans la société, mais, à l'inverse, de celle de la société dans l'homme » (p. 10), en d'autres termes, des implications de l'affirmation généralement admise que l'homme est un être social.
L'auteur part d'une étude de l'histoire de la philosophie dans laquelle il est souvent question d'une tension entre une nécessité actuelle de la dimension sociale de l'homme et une origine imaginée-imaginaire qui serait solitaire et pré-sociale. Contre une tradition remontant à l'Antiquité, revigorée par Montaigne mais surtout caractéristique des contractualistes anglais, contre La Rochefoucauld qui est abondamment cité, mais grâce à une lecture plus complexe que cette que l'on fait habituellement de Rousseau, d'Adam Smith et de Kant, Todorov pose les jalons de sa théorie que l'homme ne peut se concevoir que dans sa sociabilité. La dernière partie de cet exposé historico-philosophique est entièrement consacrée à Freud, héritier de Hegel, et donc à une psychanalyse qui, malgré la multiplicité de ses approches, s'avère plutôt conservatrice dans sa conception de l'« anthropologie intersubjective ».
Le chap. II prend comme point de départ également la théorie freudienne de la pulsion de mort, pour poser une tripartition - « trois paliers » - de l'humain : Être, vivre et exister. La démonstration de cette structure se fonde sur l'ontogenèse, c-à-d. l'évolution des individus depuis l'enfance, sans que les trois paliers n'aient une quelconque succession évolutive : par contre est introduite la notion fondamentale de l'ouvrage, à savoir la « reconnaissance ». Cette notion est approfondie considérablement dans le chap. III qui lui est entièrement consacré, notamment dans l'analyse de « palliatifs » qui se développent lorsqu'elle est lacuneuse ou imparfaite ; ce chap. se clôt sur l'élément dialectique de la reconnaissance : le « tour de rôle ». (Je précise qu'une extraordinaire coïncidence imprévue m'a amené à m'occuper de la très élaborée théorie de la « (lutte pour la) reconnaissance » en philosophie politique par Axel Honneth : bien que les deux penseurs ne se citent pas, la lecture récente des deux me permet d'établir de nombreuses et très jouissives complémentarités ; par la clarté et la généralité des propos, ma préférence va sans équivoque à Todorov.)
Le chap. IV apporte un élément de complexification dans l'interaction entre le je et l'autrui par l'idée qu'il existe une « multiplicité interne » de chaque personne, une idée qui en vérité remonte elle aussi à l'Antiquité. Dans ce chap. sur les « théâtres intérieurs », l'auteur se vaut surtout de la littérature, en particulier de Proust et de l'ouvrage autobiographique de Karl Philipp Moritz intitulé Anton Reiser ; mais naturellement la psychologie jungienne (avec ses concepts de « persona » et d'« imago ») y trouve aussi sa place. Enfin le chap. V pose assez brièvement une autre balise conceptuelle, à savoir la notion d'« accomplissement » : j'ai retenu et extensivement cité surtout l'exemple constitué par la lecture.
Plutôt que de parler d'un « Essai d'anthropologie générale », je songerais à un humanisme de la relation, un thème que Todorov a exploré de différentes manières dans plusieurs de ses ouvrages, et qui ne cesse d'être d'une extrême actualité.



Table [et appel de cit.]

I. Coup d’œil sur l'histoire de la pensée :
- Les traditions asociales [cit. 1]
- La découverte et sa réduction [cit. 2]
- Survivances modernes [cit. 3]

II. Être, Vivre, Exister :
- Au-delà de la pulsion de mort [cit. 4]
- Les trois paliers
- L'origine des individus

III. La reconnaissance et ses destinées :
- Modalités [cit. 5]
- Stratégies de défense sociale
- Obtenir la sanction
- Une reconnaissance de substitution
- Les renoncements [cit. 6]
- Le tour de rôle

IV. Structure de la personne :
- Multiplicité interne
- Une rencontre à Montjouvain
- L'équipe minimale [cit. 7]

V. Coexistence et accomplissement :
-L'accomplissement de soi [cit. 8]
- Les sentiers étroits [cit. 9]



Cit. :


1. « On peut observer chez La Rochefoucauld (ou avant lui chez Hobbes) la mise en place d'un dispositif d'argumentation qui se maintiendra à peu près intact pendant des siècles. Dans un premier temps, on fait comme si tous les rapports sociaux se ramenaient aux qualités louables, à la générosité, à l'amour d'autrui ; autrement dit, on interprète l'opposition entre solitude et socialité comme équivalente à celle entre égoïsme et altruisme, ce qui est évidemment abusif. C'est alors que, dans un deuxième temps, on procède à un travail de désillusionnement, on arrache le masque de vertu. Ce geste est d'autant plus convaincant à nos yeux qu'il ne semble avoir rien de flatteur (or, nous disons-nous inconsciemment, on n'affirmerait pas une chose désagréable à moins qu'elle ne soit vraie). Du coup, ayant rejeté une vision trop bienveillante de l'homme, on reste avec l'idée d'un être solitaire et égoïste. La socialité est vertueuse, or la vertu est trompeuse ; donc la vérité est asociale. » (pp. 18-19)

2. « C'est justement ce qu'il [Adam Smith in : Théorie des sentiments moraux, 1759] reproche à La Rochefoucauld et à Mandeville : ils effacent dans un premier temps toute différence entre les regards sollicités, pour pouvoir affirmer ensuite que seul l'intérêt nous gouverne. Mandeville "traite de vanité tout ce qui a rapport à ce que sont ou à ce que doivent être les sentiments des autres". Or le désir de gloire ne se confond pas avec la vanité, le désir d'être bon avec le plaisir de recevoir des compliments. » (p. 35)

3. « Si le récit d'origine de l'espèce a été systématiquement préféré à celui de l'origine de l'individu, la phylogenèse à l'ontogenèse, c'est sans doute, au moins en partie, parce que les auteurs de ces récits sont des hommes, non des femmes, alors que l'origine de l'individu, c'est-à-dire la naissance et la petite enfance, a appartenu exclusivement, pendant des siècles, à l'univers des femmes. Le récit concernant l'espèce est une pure spéculation, celui sur l'individu relève de l'observation – mais les narrateurs attitrés n'y avaient accès ou ne s'y intéressaient pas, et les observatrices étaient interdites de récit. On peut même se demander s'il n'y a pas eu un désir de compensation inconscient chez les hommes qui, ne pouvant pas gérer la procréation, se consolent en se racontant la naissance du monde. » (p. 66)

4. « Victor Hugo disait : "Les animaux vivent, l'homme existe", et on pourrait, en reprenant ces termes, appeler le premier niveau d'organisation celui du "vivre", le second, celui de "l'exister".
Partis de la distinction freudienne entre pulsions de vie et pulsions de mort, nous aboutissons ainsi à une tripartition – entre être, vivre et exister. La pulsion d'être, nous la partageons avec toute matière ; la pulsion de vivre, avec tous les êtres vivants ; mais la pulsion d'exister, elle, est spécifiquement humaine. » (p. 75)

5. « […] L'agent de la reconnaissance directe reçoit, par le fait même de jouer son rôle, les bénéfices d'une reconnaissance indirecte. Se sentir nécessaire aux autres (pour leur accorder une reconnaissance) fait qu'on se sent soi-même reconnu. L'intensité de cette reconnaissance indirecte est, en règle générale, supérieure à celle de la reconnaissance directe. Dans le ghetto de Varsovie, raconte un survivant, Marck Edelman, la plus sûre manière de survivre était de se dévouer à un autre être : "Il fallait avoir quelqu'un sur qui centrer sa vie, quelqu'un pour qui se dépenser." […]
De plus la reconnaissance indirecte échappe à la censure de notre morale, toujours prompte à condamner celui qui aspire trop ouvertement aux louanges. Être fort, soutenir, encourager les autres revient en même temps à se gratifier soi-même ; appeler à l'aide implique qu'on admette sa vulnérabilité et sa faiblesse ; c'est un geste plus difficile quand on n'est pas un enfant ou un vieillard, un malade ou un prisonnier. » (p. 114)

6. « On peut rapprocher de l'autisme certaines attitudes moins pathologiques. On peut se demander, par exemple, si l'usage répandu des drogues, "dures" ou "douces", chez les adolescents (ou de l'alcool plus tard) ne correspond pas à un refus d'avoir à chercher la reconnaissance des autres. Quand on "plane", on a le sentiment de plénitude, d'autosuffisance, qui permet de ne plus se soucier des réactions de ceux qui nous entourent. Dans le même groupe d'âge, un rôle comparable est joué par la musique – que j'écoute de préférence très fort, ou avec un casque sur les oreilles : elle aussi sert de couche isolante entre le monde extérieur et moi, m'enveloppe comme un cocon et me dispense d'aller quémander une reconnaissance. » (p. 132)

7. « En ce sens, le poète a bien raison : je est un autre. La pluralité intérieure de chaque être est le corrélat de la pluralité des personnes qui l'entourent, la multiplicité de rôles que chacune d'elles assume ; c'est là une caractéristique distinctive de l'espèce humaine. En même temps, aussitôt nées, ces images – qui, il va de soi, ne sont nullement des reproductions fidèles des êtres autour de nous – seront projetées au-dehors, sur leurs prototypes ou sur d'autres personnes, déterminant ainsi, dans un deuxième temps, notre perception du monde extérieur. Le soi est le produit des autres qu'il produit à son tour. Ce constat ne signifie pas que le sujet humain n'aura jamais accès à ce que les philosophes appellent l'autonomie. Le droit et la morale ont raison de vouloir fixer les limites de chaque sujet pour pouvoir établir ses responsabilités ; mais la psychologie, elle, les brouille et les confond. » (p. 160)

8. « Lorsque je lis un livre que j'admire, d'un philosophe ou d'un savant, d'un poète ou d'un romancier, je me sens pris dans une relation qui me permet de m'accomplir, par le contact même dans lequel j'entre avec une pensée puissante ou une image inépuisable : mon existence me semble littéralement s'élargir.
[…]
Je lis un livre qui me plaît, bien au chaud chez moi, en écoutant de la musique : c'est le bonheur ! Plusieurs formes de reconnaissance participent déjà de ce sentiment de bien-être. Je suis satisfait de l'image que je me donne à moi-même : l'autosanction fonctionne. Si quelqu'un entre dans la pièce, il pourrait m'admirer ou m'envier : je goûte des plaisirs distingués. Je lis un auteur de qualité, je suis flatté à l'idée d'appartenir au club (restreint) de ses admirateurs. Mais ces plaisirs sociologiquement prévisibles ne sont encore que les plus superficiels. À côté d'eux, j'en éprouve un autre, plus durable : l'auteur que je lis parvient à formuler en mots ce que je ressentais mais ne savais dire, ma pensée, mon sentiment, ma sensation ; par là, il élargit mon univers mental, il lui donne plus de sens et de beauté. […] Mais je peux aussi goûter le plaisir de la lecture intransitivement, sans passer par aucune médiation, même pas celle de mon propre jugement : me livrer à cette activité me donne alors le sentiment immédiat de m'accomplir, donc aussi d'exister. Sans parler de ce que lire relève pour moi de l'habitude et donc de la répétition : c'est aussi une façon de persister dans mon être. (pp. 181, 184)

9. Excipit : « Deux personnages de Romain Gary échangent, dans le noir, ce dialogue :
"- Aline. - Oui ? - De quoi on a tous peur ? - Que ça ne dure pas."
À peine entrevu, l'équilibre instable de la reconnaissance par tour de rôle est rompu ; à peine atteint, l'accomplissement de soi nous demande de recommencer sa conquête. Un sentier bien étroit conduit au bonheur, qui sépare des abîmes vertigineux ; et on ne peut jamais avoir la certitude de s'y être engagé pour de bon. Que faire alors ? S'enfermer dans une solitude fière, comme le préconisent les stoïciens, pour s'épargner des déceptions futures ? Se détacher des biens terrestres, comme le recommande saint Augustin, pour n'aimer infiniment que le seul être infini, Dieu ? Ou bien accepter sa condition, comme nous y incite Rousseau, sans espoir de vie éternelle ni d'âme immortelle, sans la consolation d'une survie par la communauté, par la descendance ou par les œuvres, ces substituts de l'immortalité ? La vie commune ne garantit jamais, et dans le meilleur des cas, qu'un frêle bonheur. »

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre