Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[La journée de travail et le "règne de la liberté...]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1764
Localisation: Ile-de-France
Âge: 50 Poissons


Posté: Dim 05 Juin 2022 20:22
MessageSujet du message: [La journée de travail et le "règne de la liberté...]
Répondre en citant

[La journée de travail et le "règne de la liberté" | Olivier Besancenot, Michael Löwy]

L'opinion diffuse auprès de ceux qui s'intéressent à la philosophie politique anticapitaliste, moi y compris, associe la théorisation du « droit à la paresse » et en général la critique du travail à l'anarchisme et non pas au marxisme. Après tout, une partie importante du Capital est consacrée à pronostiquer que le prolétariat ayant accédé au pouvoir est en mesure de se réapproprier la plus-value confisquée par le capitaliste ; la plupart des combats pour la réduction du temps de travail tout au long du XIXe et d'une grande partie du XXe siècles ont été menés d'abord et surtout par des mouvements anarcho-syndicalistes plutôt que par les partis marxistes ; le stalinisme a prôné le stakhanovisme, l'industrialisation forcenée, le productivisme à outrance ; et enfin, de nos jours, les mouvements de la décroissance et corrélativement du revenu universel ne se réclament pas exclusivement ni même prioritairement du marxisme..., Besancenot et Löwy s'avérant eux-mêmes opposés à celui-ci et assez discrets au sujet de celle-là.
Pourtant, cet ouvrage nous rappelle d'emblée que Marx a posé à plusieurs reprises l'idée que : « Le règne de la liberté ["Das Reich der Freiheit"] commence avec la réduction de la journée de travail », ou plus exactement : « [… il] commence là où finit la travail déterminé par le besoin et les fins extérieures : par la nature même des choses, il est en dehors de la sphère de la production matérielle. » (cit. p. 14).
Cet essai court et très lisible fait remonter la paternité du combat pour la réduction du travail aliéné, et dans une certaine mesure contre le productivisme, à Marx lui-même ; il s'articule comme suit. Le chap. Ier, « Le règne de la liberté » s'attelle à baliser ce concept, en faisant appel à quelques cit. marxiennes tirées de différents ouvrages et mises en relation avec les élaborations successives de penseurs se réclamant de près ou de loin du marxisme, tels Dionys Mascolo, Walter Benjamin, Erich Fromm et Ernst Bloch. Le chap. 2, « Marx et la lutte pour la réduction de la journée de travail », après avoir expliqué les raisons des lectures partiales du Capital, retrace les multiples prises de position de Marx sur cette question. Le chap. 3, « Un siècle et demi de luttes pour la réduction de la journée de travail », évoque historiquement les étapes de ces conflits, en partant de la conférence syndicale de Chicago en 1884 jusqu'à la loi Aubry des 35 heures. Le chap. 4, « La bataille autour du temps de travail au XXIe siècle », dénonce l'offensive généralisée contre la baisse du temps de travail : remise en cause de la notion même de durée légale du travail et autres éléments de langage du genre « travailler plus pour gagner plus », banalisation du travail dominical, report de l'âge légal de la retraite, métamorphoses du rythme et modalités d'activité produites par les nouveaux moyens technologiques, délocalisations des ateliers de production dans des pays où les conditions de travail sont esclavagistes, etc. Ce même chap. effleure également la question de l'épanouissement que la réduction du temps de travail provoquerait en termes de planification écosocialiste et donc de rupture avec le modèle productiviste et consumériste ainsi que de rééquilibrage des inégalités professionnelles de genre, résumé par la question rhétorique : « Que vaut l'émancipation des prolétaires si les "prolétaires des prolétaires", les femmes, restent prises au piège d'un ordre patriarcal ? » (p. 123). L'ouvrage se clôt par une fable d'anticipation intitulée « Isêgoria », campée à Paris en juin 2058, dans laquelle serait réalisée l'utopie d'une société entièrement autogérée et caractérisée par un travail facultatif et de durée dérisoire, par la quasi suppression des inégalités, par le principe de gratuité généralisé et la prolifération des arts et des loisirs de toutes sortes : une société pacifiée, conviviale et exerçant continuellement la démocratie participative...



Cit. :


1. « Il est intéressant de comparer les deux conceptions de la liberté chez Marx avec les deux conceptions de la liberté dans le libéralisme bourgeois. […] Partant des idées de Thomas Hobbes, John Locke et de John Stuart Mill, Berlin distingue deux conceptions de la liberté : la liberté "négative" est l'absence d'entraves ou de coercition sur l'individu ; la liberté "positive" est la possibilité de réalisation de soi, de mener à bien une action désirée. Il existe une certaine analogie formelle entre ces deux conceptions et celles de Marx ; mais, contrairement à Berlin, l'auteur du Capital a une approche matérialiste : dans sa première conception de la liberté, il perçoit non seulement les contraintes politiques, légales et institutionnelles, mais aussi et surtout celles imposées par la réalité matérielle du capitalisme, invisibles dans le discours libéral. Et sa vision de la liberté en tant que réalisation de soi part elle aussi de l'émancipation par rapport aux contraintes matérielles, le "travail nécessaire". En outre, la démarche de Marx est, comme nous l'avons vu, dialectique : il n'oppose pas, de forme métaphysique, deux essences de la liberté, mais montre comment la première – la planification démocratique – est la condition même de le deuxième – le temps libre – et vice-versa. » (pp. 23-24)

2. « L'abrutissement quotidien par une maîtrise du temps qui nous échappe est une stratégie qui fait partie intégrante de l'acte de domination. Privés de cette emprise, nous avançons à l'aveugle, tels ces "hommes morcelés, déchus et asservis" dont parle Marx en évoquant le statut du travail salarié. L'individu constamment happé par son travail devient prisonnier de sa tâche. Le travail le possède et le dessaisit des moyens de production auxquels il donne pourtant le jour. Le salarié devient "étranger" à sa réalisation. La division sociale du travail ou la séparation des tâches manuelles et intellectuelles supposent que les travailleurs soient cloués par les aiguilles du temps salarié. À ce stade, la réduction du temps de travail désaliène en ce sens qu'elle offre la possibilité matérielle aux travailleurs de maîtriser leur travail et de décider les enjeux du processus de production et de fabrication auxquels ils participent. » (pp. 119-120)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre