Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale    
[Et vive l'aspidistra ! | George Orwell]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1751
Localisation: Ile-de-France
Âge: 50 Poissons


Posté: Ven 29 Avr 2022 17:13
MessageSujet du message: [Et vive l'aspidistra ! | George Orwell]
Répondre en citant

Comment l'aspidistra devint-il, de l'époque victorienne jusqu'à sans doute la Seconde Guerre mondiale, une véritable icône de l'intérieur domestique « comme il faut », emblème de la respectabilité conventionnelle petit-bourgeoise en Angleterre ? Un article de presse récent émet l'hypothèse que, dès que l'illumination des logements londoniens passa majoritairement au gaz de ville, cette plante d'intérieur était la seule à être suffisamment robuste pour survivre à ses effluves : sa mode aurait survécu à l’électrification ; d'autre part, on peut avancer que l'essor des portraits photographiques des premières décennies du XXe siècle, où les décors d'intérieurs étaient reconstitués en studio, favorisait le minimalisme bon marché d'une pose où le personnage debout ou assis se faisait pendant à un guéridon surmonté d'un aspidistra : on en trouve d'innombrables exemples dans les photos de l'époque.
Toujours est-il que Gordon Comstock, le héros de ce roman précoce d'Eric Blair qui ne signait pas encore George Orwell, considère cette plante comme le symbole de tout ce qu'il hait, voire comme son ennemie personnelle. Depuis sa jeunesse au sein d'une famille qui a toujours vécu dans les privations et a placé en ses études tous les espoirs d'élévations sociale, Gordon, féru de poésie et de révolte sociale, a déclaré la guerre à l'argent et s'est escrimé à éviter d'en gagner assez. Mais chez lui un rapport obsessionnel, voire franchement monomaniaque à l'impécuniosité contribue à démolir le charme de l'indigence et l'empêche de jouir du bonheur de la bohème. Cette guerre qu'il déclare mener contre la pourriture du système économique environnant ne le conduit ni à une réflexion et encore moins à une action subversive – ne serait-ce que par le socialisme d'intentions de son très riche ami Ravelston – ni à une vie alternative d'anachorète serein, mais au contraire à la hargne victimaire d'un aspirant petit-bourgeois frustré par des conditions de vie de prolétaire, incapable cependant d'en connaître les astuces et les plaisirs. Son inspiration poétique se tarit dans la souillure alors qu'il est animé par un sentiment d'humiliation, le plus souvent imaginaire. Il se dédouane de ses comportements antipathiques avec ses amis, immoraux avec sa sœur et décidément abjects envers sa petite amie par la sempiternelle ritournelle de la pauvreté ; et le lecteur d'aujourd'hui le trouve sans doute encore plus odieux que ses contemporains du fait de ses crasses misogynie et homophobie.
En vérité, seules deux « batailles » justifient ce qu'il qualifie de guerre contre l'argent : sa démission d'un poste d'articlier publicitaire, et sa dilapidation en une seule nuit d'ivresse, de ripaille et de stupre d'un solide cachet inespéré... Mais son quotidien fait de quelques années de misère, d'invocation de la destruction de l'univers entier et de tentation à se laisser soi-même choir « dans le ruisseau » ne lui permet de s'arroger aucun héroïsme de belligérant. Les gens de son entourage sont encore trop bons pour ce qu'il mérite, pense-t-on.
Son retour dans les rangs les plus conventionnels et détestables du salariat, à l'évidence avec davantage de succès qu'il n'en avait jamais eu auparavant, serait-il le résultat d'un pari insensé, d'une acte d'audace terriblement dangereux de Rosemary, d'un ultime geste d'amour sacrificiel ou d'une profonde intuition féminine de sa part ? Serait-il l'effet d'une simple maturation, d'une sortie de l'adolescence qui a été plus tardive et plus risquée pour le protagoniste que pour un homme ordinaire dans sa condition ?
Représenterait-il déjà le pessimisme un peu cynique et très désabusé qui caractérisera l'ensemble de l’œuvre orwellienne en ce qu'elle s'attelait à déconstruire les idéaux d'amélioration de la société qui avaient cours à son époque... ?



Cit. :


1. « Gordon portait des jugements sur tout à la manière égoïste et naïve d'un jeune garçon. Il y a deux façons de vivre, avait-il décrété. On peut être riche, ou l'on peut de propos délibéré refuser d'être riche. On peut posséder de l'argent, ou l'on peut mépriser l'argent ; il n'y a qu'une chose de mortelle, c'est d'avoir le culte de l'argent et de ne pas réussir à en avoir. Il considérait comme établi que lui-même ne serait jamais capable de faire de l'argent. » (p. 67)

2. « Ravelston détourna les yeux, décontenancé. Toujours cette question d'argent ! Partout vous vous heurtez à elle. Gordon regretta d'avoir dit cela. L'argent est la seule chose à laquelle on ne doit jamais faire allusion quand on est avec des gens plus riches que soi. Ou si l'on en parle, alors il faut que ce soit de l'argent du point de vue abstrait, de l'argent avec un grand "A", non de l'argent réel, concret, qui est dans votre poche, et qui n'est pas dans la mienne. Mais ce maudit sujet l'attirait comme un aimant. Tôt ou tard, surtout quand il avait bu quelques verres, il se mettait immanquablement à parler, en s'apitoyant en détail sur lui-même, de la fichue vie qu'on mène avec deux livres par semaine. » (p. 123)

3. « Pour lui un livre était purement et simplement une marchandise, comme un pantalon d'occasion. Lui-même n'avait jamais lu un livre de sa vie, ni pu comprendre pourquoi il y avait des gens qui en lisaient. Son attitude à l'égard des collectionneurs qui passaient des heures courbés avec amour sur ses éditions rares était celle d'une prostituée sexuellement frigide à l'égard de sa clientèle. N'empêche qu'il semblait savoir, rien qu'en le prenant dans ses mains, si un livre avait ou non de la valeur. Sa tête était une véritable mine de renseignements sur les ventes aux enchères et les dates des éditions originales, et il avait un flair merveilleux pour dénicher une bonne affaire. Sa manière préférée d'acquérir des marchandises, c'était d'acheter en bloc les bibliothèques des personnes qui venaient de mourir, particulièrement celles des pasteurs. Chaque fois qu'un pasteur mourait, M. Cheeseman arrivait sur les lieux avec la promptitude d'un vautour. Les pasteurs, expliqua-t-il à Gordon, ont si souvent de bonnes bibliothèques et des veuves ignorantes. » (pp. 281-282)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre