Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Qu'est-ce que l'alexithymie ? | Maurice Corcos, Gérard ...]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1689
Localisation: Ile-de-France
Âge: 49 Poissons


Posté: Jeu 25 Nov 2021 21:32
MessageSujet du message: [Qu'est-ce que l'alexithymie ? | Maurice Corcos, Gérard ...]
Répondre en citant

[Qu'est-ce que l'alexithymie ? | Maurice Corcos, Gérard Pirlot]

L'alexithymie, « incapacité à exprimer ses émotions », est un concept psychologique utilisé désormais tant en neurobiologie qu'en psychanalyse pour définir une pathologie dont la validité clinique est prouvée dans de nombreux troubles somatiques et psychiques, et notamment en corrélation très forte avec les addictions – d'où une grande partie de mon intérêt. Cet essai de psychologie clinique, extrêmement dense, s'adresse à un lectorat de spécialistes, et sa lecture est particulièrement ardue. Il tend à faire pencher la balance de la définition de la pathologie davantage vers son côté psychanalytique voire métapsychologique et philosophique que du côté neurobiologique, ce qui contribue encore plus à la complexité du texte. Enfin, si les cas d'alexithymiques souffrant d'addictions sont souvent cités, il n'y a pas d'analyse spécifique les concernant.
Je retiens de cette lecture un faible nombre de connaissances, hormis des éléments de définition assez clairs, dont certains ont fait l'objet de ma sélection de cit. Deux idées-phares émergent cependant, qui me semblent très importantes :
1. la caractérisation de l'alexithymie comme maladie sociale, liée à la « culture du narcissisme », de la consommation et de la performance : l'alexithymie constitue une stratégie adaptative contre l'anxiété sociale et le stress.
2. le corps constitue dans ce livre l'origine des affects, et ceux-ci, avant même le verbe, fondent le processus de sémiotisation. Le défaut au niveau de la perception, de la transmission et de l'élaboration des affects-émotions qui caractérise l'alexithymie part donc du corps et, d'un point de vue psychanalytique, a pour origine le « non-échange des émotions mère-enfant » et pour conséquence une certaine « fissure psychosomatique » ainsi que la « mentalisation ».
Dans le dernier chap. intitulé : « Données évolutives et incidences thérapeutiques », les spécificités de la prise en charge psychothérapique de ces patients, comparés aux névrotiques, psychotiques etc. sont établies.


Cit. :

1. [Incipit:] « Ce serait quoi au fond une vie sans émotion ? Guère plus qu'une existence nous obligeant à rester sur des rails ou dans des clous, et à ne pouvoir commander que le plat du jour dans le menu sans jamais oser la carte. "Qu'est-ce que vous prenez ?... - La même chose."
C'est quoi une vie toujours au bord de l'émotion ? Une vie compliquée par des résurgences inouïes, des reviviscences irréelles qui risquent à tout moment de la désordonner, voire de la disloquer, et qui feraient que le présent s'annulerait dans un perpétuel retour au passé. "Qu'est-ce que vous reprenez ? - La même chose." » (p. XI)

2. « Viendra alors la question de l'accessibilité d'un sujet dit "alexithymique", en proie à un clivage corps-psyché, à ses affects et ses pensées et plus profondément à son monde interne et à son inconscient et donc cette autre question de sa possibilité de recul dans l'émotion puis dans la réflexion lui permettant le traitement mais aussi l'analysabilité de ses conflits... pour qu'un acte existe, peu ou prou, entre ses élans vitaux pulsionnels et ses actes. Place complexe ou bref intervalle où loge la pensée, et où se joueront les possibilités de mentalisation, représentation, élaboration, fantasmatisation, verbalisation, symbolisation. Une pensée forcément subjective quoiqu'elle en puisse mais.
La pensée en tant ; pour qu'elle soit une pensée vivante et non un simple traitement-gestion cognitif de l'information ; qu'elle puisse être une pensée de soi sur soi concomitante d'une affectation vivante de soi à soi, toutes deux dépendantes étroitement de l'environnement proche et social, celui-là même qui aura sollicité le sujet à penser après l'avoir affecté-touché. C'est le fameux "touché-touchant" qui rend l'intentionnalité du monde et l'indispensable "expérience de la chair" décrit par Merleau-Ponty (1964). » (pp. XIII-XIV)

3. « On pourrait avancer que notre "culture du narcissisme" […] sélectionne, dans le sens darwinien du terme, certains types de personnalités, y compris celles présentant un fonctionnement alexithymique si on veut bien tenir compte du fait que l'alexithymie serait un mode défense d'un narcissisme fragile face à certains affects. » (p. 6)

4. « Dans les inter-relations humaines […], le débat oppose ceux pour qui, quoi qu'ils en disent, l'empathie est affaire de cerveau congénère que l'on finira bien par élucider (après les phérhormones, l'ocytocine est en pointe), et ceux qui veulent garder le mystère sur les affinités électives (tout en se référant au vibrato d'une voix ou au satin d'une peau...), se contentant de l'évidence de la densité de la présence de l'objet et gageant que l'indétermination de sa nature est même un plus. » (p. 46)

5. « […] S'il se veut être social, le sujet doit être un être histoire : l'histoire intime, cette troisième dimension de la personnalité qui donne sa densité à l'être, sa singularité, son charme...
L'alexithymique n'est pas dépourvu de souvenirs, mais ceux-ci n'ont pas le goût et l'odeur de la chair. Il n'y a pas de nostalgie (avec ce qu'elle comporte d'idéalisation) de l'enfance, car l'enfance n'a pas été une aire d'illusion entretenue par la capacité de rêverie parentale, et donc pas d'adhérence à des systèmes de croyance hérités de cet âge... d'où l'esprit des faits et la passion de l'exactitude. » (p. 74)

6. « La relation à l'autre est marquée chez le sujet alexithymique par sa difficulté foncière à identifier les émotions de cet autre. Ainsi l'autre est moins négativé, chosifié, désobjectalisé, dévitalisé que perçu comme un objet avec qui des transactions peuvent être négociées selon les besoins plus qu'affectivement et ceci sans perversité particulière. » (p. 101)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2423


Posté: Sam 27 Nov 2021 10:14
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Tu m'apprends le nom d'une pathologie dont je souffrais vers l'âge de 35 ans ; je m'en étais rendu compte lors qu'une psychothérapie quand mon thérapeute devant mes larmes me demandait le nom de l'émotion en question et que j'étais incapable de le dire. Comme il insistait avec beaucoup d'agacement brutal, j'inventais, je tournais ma petite roue de la fortune interne... Colère, Chagrin, Peur... Et je choisissais ce qui avait l'air le plus logique !
J'ai perdu mon temps et mon argent.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1689
Localisation: Ile-de-France
Âge: 49 Poissons


Posté: Sam 27 Nov 2021 10:38
MessageSujet du message:
Répondre en citant

« Swann » a écrit:
Tu m'apprends le nom d'une pathologie dont je souffrais vers l'âge de 35 ans ; je m'en étais rendu compte lors qu'une psychothérapie quand mon thérapeute devant mes larmes me demandait le nom de l'émotion en question et que j'étais incapable de le dire. Comme il insistait avec beaucoup d'agacement brutal, j'inventais, je tournais ma petite roue de la fortune interne... Colère, Chagrin, Peur... Et je choisissais ce qui avait l'air le plus logique !
J'ai perdu mon temps et mon argent.


Bonjour l'amie. Non, d'après ce que j'ai lu, ce n'était pas cette pathologie, ou alors une forme très très légère. Les alexithymiques graves sont incapables de pleurer...
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2423


Posté: Sam 27 Nov 2021 17:33
MessageSujet du message:
Répondre en citant

« apo » a écrit:
« Swann » a écrit:
Tu m'apprends le nom d'une pathologie dont je souffrais vers l'âge de 35 ans ; je m'en étais rendu compte lors qu'une psychothérapie quand mon thérapeute devant mes larmes me demandait le nom de l'émotion en question et que j'étais incapable de le dire. Comme il insistait avec beaucoup d'agacement brutal, j'inventais, je tournais ma petite roue de la fortune interne... Colère, Chagrin, Peur... Et je choisissais ce qui avait l'air le plus logique !
J'ai perdu mon temps et mon argent.


Bonjour l'amie. Non, d'après ce que j'ai lu, ce n'était pas cette pathologie, ou alors une forme très très légère. Les alexithymiques graves sont incapables de pleurer...

Alors, vraiment, non !
Laughing Laughing Laughing
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre