Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Poésie/Conte/Théâtre    
[Les amours jaunes | Tristan Corbière]
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1712
Localisation: Nîmes
Âge: 61 Lion


Posté: Jeu 27 Aoû 2009 8:53
MessageSujet du message: [Les amours jaunes | Tristan Corbière]
Répondre en citant

Du poète maudit, selon la nomenclature verlainienne, le lecteur se remémore peut-être l’« Epitaphe » de Tristan Corbière (Triste en corps bière) : « Il se tua d’ardeur, ou mourut de paresse./S’il vit, c’est par oubli…/Il ne naquit par aucun bout,/Fut toujours poussé vent-de-bout,/Et fut un arlequin-ragoût,/Mélange adultère de tout./[…]Coloriste enragé, - mais blême ;/Incompris… - surtout de lui-même ;/Il pleura, chanta juste faux ;/- Et fut un défaut sans défauts./[…] Ci-gît, - cœur sans cœur, mal planté,/Trop réussi, - comme raté. » Edouard-Joachim, rebaptisé par lui-même Tristan Corbière (1845-1875), surnommé par les Bretons de Roscoff l’« Ankou » [le spectre de la mort] du fait de sa maigreur et de sa silhouette désarticulée, est un corps souffrant de rhumatismes articulaires que seule la mer semble apaiser. Le recueil poétique regorge de trouvailles où l’émotion affleure. Le vers est dans le fruit de la vie. Il taraude. Il est vigoureux. Le temps n’a pas d’emprise sur lui. Il est libre, encore bien vivant aujourd’hui, étonnamment moderne, qu’une ponctuation complexe heurte sans répit. L’humour et l’ironie aèrent une pensée noire. L’intelligence du jeune poète est saillante, incroyablement concise, presque sautillante : « Mon Pauvre !... la fumée est tout./- S’il est vrai que tout est fumée… » dit-il dans « La pipe au poète ». Quelques sonnets plus loin, le lecteur émerveillé découvre dans « Fleur d’art » un vers qui pourrait peut-être condenser toute la fausse légèreté du poète : « L’amour est un duel : - Bien touché ! Merci. » On écarquille les mirettes de plaisir et on se maudit d’être passé si longtemps à côté d’un poète majeur, contemporain de Rimbaud, curieusement occulté des apprentissages scolaires et des pensums universitaires. Son unique recueil poétique paraît à compte d’auteur en 1873. Les amours hépatiques de Tristan ne provoquent pourtant aucune crise de foi mais ils sont contagieux, avec bonheur, pour son plus grand malheur, à lui, hélas !

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Poésie/Conte/Théâtre
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre