Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
Les notes de lectures recherchées

16 livres correspondent à cette oeuvre.

Il y a actuellement 7 notes de lecture correspondant à cette oeuvre (voir ci-dessous).

Notation moyenne de ce livre : (13 livres correspondant à cette oeuvre ont été notés)

Mots-clés associés à cette oeuvre : amour, autofiction, collabo, couple, disparition, famille, film, guerre, histoire de famille, kotelnitch, litterature francaise, mere, passion, rupture, russie, secret de famille, souvenir

[Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Auteur    Message
BlueSyrinx



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 05 Nov 2013
Messages: 266
Localisation: Paris

Posté: Ven 20 Mar 2015 22:05
MessageSujet du message: [Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Commentaires : 0 >>

Le narrateur explore l'histoire bouleversante d'un homme qui lui rappelle la trajectoire de son grand-père russe. En parallèle, il nous livre les événements de sa vie, sa passion pour une jeune femme nommée Sophie qui évolue au fil du roman.

Le passage dédié à l'écriture de l'article de journal qui s'adresse à Sophie et la mise en scène imaginée par le narrateur, à côté de laquelle Sophie passe sans en avoir idée, est trépidant. On se perd dans les arcanes de cette histoire, et l'on n'a de cesse de vouloir en connaître l'issue.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Auteur    Message
Sirius



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 01 Déc 2009
Messages: 464
Localisation: Suisse

Posté: Lun 23 Aoû 2010 21:54
MessageSujet du message: [Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Commentaires : 0 >>

Emmanuel raconte un bout de sa vie: la vie de son grand père qui l'a vraiment touché ainsi que sa famille, une de ses passion amoureuse et ses visites en Russie pour diverses reportages.

J'ai eu de la peine à renter dans le livre, mais à la fin je n'arrivais plus à quitter le livre.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Auteur    Message
Max




Inscrit le: 10 Aoû 2006
Messages: 403

Posté: Lun 02 Aoû 2010 8:54
MessageSujet du message: [Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Commentaires : 0 >>

Dans ce "roman", Emmanuel Carrère nous livre sa propre histoire, sa vie quotidienne et intime. On le suit jusqu'en Russie, où il est parti tourner un documentaire sur une petite ville grise et perdue, Kotelnitch, et où il espère renouer avec ses racines russes. Il espère aussi mettre enfin à jour le "secret" entourant le souvenir de son grand-père maternel "disparu" au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, tabou familial dont sa mère refuse obstinément de parler. Mais très vite cette recherche du grand-père vire à l'obsession. Sa quête identitaire apparaît alors comme la clé de son propre équilibre, le symbole de ce qui l'entrave dans sa vie privée. Sa relation amoureuse avec Sophie semble ainsi sous-tendue par les difficultés ou les avancées de son enquête sur son histoire familiale. Cris, larmes, mensonges, tromperies, exigences, chantages... leur relation de couple est aussi passionnée que tumultueuse et douloureuse, et nous est crûment livrée en pâture.

La quête obstinée de l'auteur tourne ainsi bien vite au jeu de massacre, et il y a quelque chose de dérangeant dans cette autobiographie déflagrante dont on ne compte plus, au fil des pages, les victimes : la mère de l'auteur, qui l'avait supplié de ne pas raconter l'histoire de son père (« Emmanuel, je sais que tu as l'intention d'écrire sur la Russie, sur ta famille russe, mais je te demande une chose, c'est de ne pas toucher à mon père, pas avant ma mort ») ; Sophie, qui voit publiée sa vie amoureuse et sexuelle ; les fils de l'auteur, qui peuvent lire le peu d'amour que leur père portait à leur mère ; etc.

Un roman russe est l'exemple typique de ce que je n'aime pas : l'autofiction outrancière, avec exposition impudique de la vie privée et buzz médiatico-marketing autour du nom de l'auteur et de sa célèbre filiation. En effet, si un tel roman constitue très certainement un bon exutoire pour l'auteur, un exorcisme de ses démons familiaux, pour le lecteur, quel intérêt ? Le travail littéraire, me direz-vous ? Propre, net, précis. Sans éclat.


le cri du lézard
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Auteur    Message
rosaee



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 225
Localisation: Escalquens

Posté: Mar 01 Sep 2009 20:04
MessageSujet du message: [Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Commentaires : 0 >>

Le livre pourrait être intéressant, l'auteur recherche le passé de son grand père en parallèle parle de son amour . Mais quelle dérive de ces sentiments personnels,de sa sexualité; c'est trop , je suis déçue .
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Auteur    Message
sarousse



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 17 Oct 2007
Messages: 66
Localisation: Carrières sur seine

Posté: Lun 07 Jan 2008 21:08
MessageSujet du message: [Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Commentaires : 0 >>

J'ai adoré ce livre et je serais bien incapable de vous dire pourquoi. Peut-être parce que j'aime la Russie et que ça parle de Russie ; peut-être parce que j'aime les belles histoires d'amour difficiles et que ça parle de belle histoire d'amour difficile ; peut-être parce que j'aime les autobiographies et que a-priori ce livre a de fortes tendances autobiographiques ; peut-être tout simplement parce que c'est formidablement bien écrit, à la fois drôle, cruel et touchant... Je vous le recommande fortement.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Auteur    Message
Momo



Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 04 Oct 2005
Messages: 442

Posté: Sam 07 Avr 2007 17:03
MessageSujet du message: [Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Commentaires : 2 >>

Les notes d’Andras et de Lesezeichen sont assez mitigées.
Mon opinion est plutôt négative. Je n’ai pas eu de plaisir à lire ce roman.
E.C. dans ce roman russe (roman auto biographique) nous fait de lui un portrait sans complaisance, Il se décrit comme un type odieux, invivable au quotidien, jaloux, exclusif, cyclothymique, méprisant et imbu de lui même.
Pas le genre de type dont on voudrait être l’ami, ni même avoir juste à faire avec lui un jour ou l’autre
Les seuls passages qui m’ont intéressés sont les séjours à Kotelnitch, sans doute parce que cela me rappeler certains romans russes que j’ai lus il y a quelques temps comme « Dernières nouvelles du bourbier » d’Alexandre Ikonnikov par exemple.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
[Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Auteur    Message
andras



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 20 Sep 2005
Messages: 1795
Localisation: Ste Foy les Lyon (69) -- France

Posté: Mer 28 Mar 2007 19:05
MessageSujet du message: [Un roman russe | Emmanuel Carrère]
Commentaires : 3 >>

C'est une nouvelle fois un livre étrange que nous livre Emmanuel Carrère, auteur de La Moustache, de l'Adversaire et aussi de la superbe biographie de Philip K. Dick "Je suis vivant et vous êtes morts". On sait déjà que cet auteur aime les situations psychologiquement tordues, du moins il prend plaisir à les décortiquer avec une rigueur de médecin légiste. Cette fois, il s'agit de lui, de sa maman (l'académicienne Hélène Carrère d'Encausse), de son grand-père (un immigré géorgien, admirateur d'Hitler et de Mussolini - mais pas antisémite, précise Carrère - qui collabora avec les allemands pendant la dernière guerre) et de sa compagne, celle pour qui, à son insu, il écrivit une nouvelle érotique parue dans le Monde - je me souviens l'avoir lue ce jour là-, nouvelle qu'elle ne lira pas car quelque chose a déréglé la superbe mécanique qu'E. C. avait mise en place. L'auteur a beau s'ingénier à nous montrer que son attitude est, somme toute, très normale, on ne peut s'empêcher de penser qu'il n'en est rien, que la bizarrerie est son oxygène, son mode de vie et qu'il est en permanence en train de jouer une partie d'échec avec un adversaire qu'il s'invente. Poursuivant sa logique sans vraiment s'occuper de ce que fait l'autre, il espère toujours gagner avec un coup d'avance mais est pris au dépourvu par la réponse de l'autre qu'il n'avait pas anticipée.

Cette tentative d'exorciser ses démons (en dépit de l'interdiction formulée par sa mère de parler de ce grand-père au passé sulfureux) est parfois touchante (particulièrement dans les épisodes qui se passent en Russie dans cette ville de nulle part nommée Kotelnitch) mais elle confine parfois au déballage exhibitionniste notamment dans l'histoire de sa séparation racontée dans tous ses détails dont on n'est pas bien sûr qu'ils nous "regardent" vraiment.

On aimerait croire que cette mise à nu en public permettra à l'auteur de "régler ses problèmes" aussi bien avec sa maman qu'avec les femmes en général (sa présente compagne s'appelle Hélène !) mais on pressent que, du côté de sa maman en tout cas, l'affaire n'est pas gagnée. Emmanuel lui fait "cadeau" de ce livre, mais bien-sûr le cadeau est empoisonné et on imagine sans peine que maman Carrère rejettera avec dédain ce livre comme elle l'a déjà fait avec les autres livres de son fils, et sans doute plus violemment encore (ou plus insidieusement ...). Me voilà à mon tour en train d'imaginer le "coup suivant" de cette partie d'échec infernale. Qui saura mettre un terme à cette partie morbide et "mettre les pendules à zéro" ... pour que l'auteur puisse enfin s'échapper du cul de sac de Kotelnitch ?

J'ai envie de souhaiter bon courage à Emmanuel Carrère.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre