Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Du vrai, du beau, du bien | Jean-Pierre Changeux]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1564
Localisation: Ile-de-France
Âge: 48 Poissons


Posté: Sam 28 Mar 2020 12:04
MessageSujet du message: [Du vrai, du beau, du bien | Jean-Pierre Changeux]
Répondre en citant

En 1983, avec L'Homme Neuronal, Jean-Pierre Changeux présente certaines découvertes fondamentales sur le fonctionnement cérébral, mais surtout il assigne une mission épistémologique aux neurosciences naissantes, parmi lesquelles personnellement je comprends : la biologie moléculaire, la chimie neurologique, la génétique, l'embryologie, la neuropathologie, l'imagérie médicale et, par extension, l'anatomie et la physiologie neurologiques comparées entre l'homme et les autres animaux. La mission est la suivante : créer des ponts entre les neurosciences et les sciences humaines sur des sujets anciennement réservés à la spéculation philosophique, dont spécifiquement les trois indiqués par le titre : la théorie de la connaissance, l'esthétique et l'éthique. Chacun peut s'apercevoir de l'ambition immense de cette mission épistémologique.
Vingt-cinq ans plus tard, en 2008, dans ce gros volume, je pense que l'intention de l'auteur a été de faire un point sur sa progression. Pour ce faire, il a rassemblé, dans un plan en quatre grandes parties qui ne va pas toujours de soi, un total de vingt chapitres (7+5+7+1) chacun desquels constitue le contenu d'une année de cours au Collège de France, professé des années 80 au début des années 2000. Chaque chapitre est donc une unité indépendante, mise à jour à l'année de sa rédaction (donc quelquefois déjà très daté), comportant donc quelques répétition d'un chapitre à l'autre, et surtout impliquant une très grande diversité de « réussite » que les différentes recherches scientifiques ont eue à apporter des réponses à la thématique assignée. En effet Changeux, et cela va tout à son honneur, a pour habitude d'introduire ses problématiques par une histoire de la pensée, notamment philosophique, qui s'y est attelé, en commençant souvent par la philosophie grecque. Sauf que, à l'évidence, les neurosciences n'ont pas encore fourni de réponse à tout, et les sciences au sens large, lorsqu'elles sont convoquées, sont très disparates : psychologie cognitive, éthologie, linguistique, et parfois, encore « uniquement » la bonne vieille philosophie... Ces cours, de plus, tels qu'ils sont reproduits sans aucun travail de vulgarisation, sont toujours très techniques (sans doute les participants aux leçons du Collège de France sont-ils priés de prendre connaissance d'une bibliographie communiquée préalablement !) : par conséquent, la lecture exige une connaissance approfondie d'une multitude de disciplines différentes, pour finalement arriver à des conclusions... qui n'ont rien à voir avec les neurosciences, voire qui peuvent être prises, épistémologiquement parlant, comme l'expression de la simple théorie philosophique de l'auteur... Ainsi de l'esthétique, qui reprend et précise à peine une citation de... Michel Onfray (pas exactement un neuroscientifique) ! Personnellement, je suis donc sorti épuisé de cette lecture (qui aurait été franchement impossible sans le confinement), soulagé seulement par les trois synthèses par Claude Debru à la fin des trois premières parties ainsi que par la Conclusion, car ces synthèses contiennent les éléments que j'avais moi-même considérés remarquables. Néanmoins, je crois que je retiendrai beaucoup moins de cette lecture que de celle de L'Homme neuronal, hormis peut-être de « cocher » ce à quoi les neurosciences ont/avaient apporté une réponse. Je pense surtout à la conscience, en partie au langage, à la mort. Et ce n'est pas peu. Je reste sur ma faim quant à la musique et au « plaisir de penser ». Mais un lecteur qui approche l'ouvrage comme une Encyclopédie, prêt à apprendre autant qu'il le peut sur une variété de sujets qu'il connaît déjà, en sera sans doute ravi. [Peut-être aurait-ce été le cas de mon père].

Table des matières [assortie d'observations personnelles] :

Première Partie : À la découverte d'un nouveau monde – Vers une neuroscience du bien et du beau.

Chapitre Premier : Une conception naturaliste du monde [Histoire philosophique]
Chap. II : L'évolution culturelle [Théories éthiques – jusqu'au modèle évolutionniste du lien social]
Chap. III : La coévolution gènes-culture et le comportement coopératif [Sélection de parentèle, « donnant-donnant » ou sélection de groupe – en génétique]
Chap. IV : Neurosciences et normativité éthique [Théories psychologiques de l'attribution des états mentaux à autrui, théorie de « l'inhibiteur de violence » en éthologie]
Chap. V : Neuroesthétique (1) – les arts plastiques [L'esthétique en philosophie, théories physiques de la lumière, la « conservation » de l'image dans la rétine, biophysique de la couleur, théorie esthétique de l'auteur fondée sur : l'empathie, la sympathie et la « contestation du monde », la « capacité d'éveil » de l’œuvre d'art, « création artistique et darwinisme mental »]
Chap VI : Neuroesthétique (2) – musique et peinture [l'esthétique selon l'auteur : « Consensus partium et parcimonie », « Synesthésie : le syndrome de Rimbaud », « Consonances et dissonances », apports de la pathologie : « les amusies », apports de la psychologie : « Frissons musicaux et réponse émotionnelle à la musique »]
Chap. VII : Physiologie du collectionneur et de la collection [La collection conçue comme un instrument herméneutique – idée philosophique qui m'intéresse]

Deuxième Partie : La « bête rugissante » - Cognition et langage

Chap. I : Les bases neurales de la conscience [le ch. culmine par le « modèle Dehaene – Changeux de l'espace de travail neuronal conscient »]
Chap II : Conscience et interaction sociale [Théories de la communication et cybernétique, les « neurones miroirs », théories philosophiques de l'esprit et théorie psychologique de la capacité d'attribution (bis), modèle de l'espace de travail conscient (bis) théorie de la « récompense partagée » : un « modèle neuronal de la "normalisation sociale" »]
Chap. III : Les bases neuronales du langage [Théories du langage, analyse critique de la théorie chomskienne du caractère inné de la prédisposition du cerveau de l'homme au langage, « Neurophysiologie du langage]
Chap. IV : Épigenèse du signe [Théories linguistiques et sémiotiques, apports des neurosciences à la linguistique : « Synaptogenèse et effets de l'expérience au cours du développement », « Théorie de l'épigenèse par stabilisation sélective de synapses » (Changeux, 1983), « Des mots et des choses : l'imagerie cérébrale du sens »]
Chap V : Les empreintes cérébrales de l'écriture [Histoire de l'écriture, enfin : « Neuropsychologie de l'écriture »]

Troisième Partie : Les « atomes psychiques » - Biologie moléculaire du cerveau

Chap I : Gènes et phylogenèse [Bases de l'évolutionnisme, paléontologie du cerveau, génétique évolutive de l'hominisation]
Chap II : Le développement de la forme du cerveau [« Préformation ou épigenèse ? », l'exemple de la drosophile, « Turing et l'évolution du cerveau » (cybernétique), « Critique de la notion de programme génétique »]
Chap III : La variation du cerveau [« Mécanismes génétiques de la variation du système nerveux », culmine par la « Critique de la position empiriste »]
Chap. IV : La découverte des récepteurs de neurotransmetteurs [Synthèse des découvertes de Changeux, 1983]
Chap. V : Les mécanismes cellulaires et moléculaires de l'apprentissage [Théories de l'apprentissage, de la psychologie expérimentale à « l'approche cognitiviste », modèle cellulaire d'apprentissage chez la limace de mer (cf. Changeux, 1983)]
Chap. VI : Chimie de la conscience [« Chimie des états de veille et de sommeil », histoire des anesthésiques généraux]
Chap. VII : Signification de la mort [d'un point de vue évolutionniste avec le passage aux organismes pluricellulaires, théories philosophiques et mythes religieux de la mort]

Quatrième Partie : Où en sommes-nous aujourd'hui ? - De L'Homme neuronal à L'Homme de vérité : perspectives
[Histoire des sciences du cerveau, origines du cerveau humain en génétique, « Épigenèse par stabilisation sélective des synapses » (bis), « Problèmes de conscience » (cf. Changeux, 1983)]
Conclusion : Le Beau, le Bien, le Vrai


Cit. :

[Sur la problématique de la conscience, qui m'intéresse vivement, avec réf. récente à Llinas – Stériade, 2006]
« La riche connectivité réciproque entre thalamus et cortex participerait à la genèse d'oscillations dont les divers "modes" signeraient les états de conscience distincts. Dans le mode "relais", les EEG sont désynchronisés comme pendant l'éveil ou le sommeil paradoxal. Dans le mode "oscillant", les EEG sont synchronisés comme pendant le sommeil lent. Le mode relais serait associé à la décharge tonique des neurones thalamiques ; le mode oscillant à des décharges en rafales avec longues périodes d'inhibition et potentiels d'action Ca++ lents. Les neurones cholinergiques du tronc cérébral […] interviendraient dans le passage d'un mode à l'autre et les entrées sensorielles lors de l'éveil "mettraient à l'heure" les rythmes internes avec corrélation temporelles des activités spontanées et évoquées […] La conscience serait une "propriété intrinsèque" résultant de l'expression de ces dispositions dans des conditions de cohérence définie ; elle assumerait la "reconstruction de la réalité extérieure en une réalité neurale intérieure".
Cette activité assurerait la cohérence temporelle à travers l'ensemble du cerveau ainsi que la simulation de la réalité. L'organisation radiale ou "verticale" des relations thalamocorticales interviendrait dans la "liaison" temporelle des composants fragmentés de la réalité externe et de la vie interne du sujet en une seule construction, le "soi". Selon Llinas, la subjectivité, ou le soi, serait engendrée par le dialogue entre le thalamus et le cortex. » (p. 213)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre