Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Sur la piste animale | Baptiste Morizot]
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1369
Localisation: Nîmes
Âge: 58 Lion


Posté: Mer 31 Oct 2018 16:55
MessageSujet du message: [Sur la piste animale | Baptiste Morizot]
Répondre en citant

La Terre au grand air.
La réflexion nourrie par la pratique du pistage de l’enseignant-chercheur Baptiste Morizot est placée dès le préambule sous le parrainage intellectuel du grand anthropologue français Philippe Descola, connu pour ses travaux sur le rapport nature/culture dans les sociétés tribales amazoniennes. Rien d’abscons cependant car si le ton est donné, le style de l’auteur coule de source. Les phrases sont déliées, rythmées, scandées, chargées de sens. Les descriptions des paysages traversés, pour brèves qu’elles soient, sont pour le moins évocatrices, lestées de sensations et poétiques, dans le sens plein du terme. D’emblée, le propos est pertinent, incisif, essentiel. Le lecteur se dit qu’enfin une voix claire émerge du désert mental où erre notre civilisation déboussolée, coupée de ses liens nourriciers avec la nature, le « dehors » qu’il faudra bien réinvestir autrement sous peine de se perdre définitivement : « Pourquoi ne pas tenter de bricoler une cosmologie plus aimable… en tissant ensemble pratiques, sensibilité et idées ». Ni idéologique ni utopiste, la réflexion personnelle est constamment enrichie par des observations de terrain. On est donc loin d’un système de pensée dogmatique collé artificiellement sur le vivant mais bien plus proche d’un questionnement existentiel somme toute vertigineux et bouleversant pour peu qu’on s’y penche un peu.
En introduction, l’auteur cherche à dénommer l’acte d’aller dans la nature, le dehors, le bush, le grand air et finalement opter pour un terme de coureurs des bois canadiens du XVIIIe siècle, « s’enforester » : « Que celui qui se laisse enforester… rentre un peu différent de son voyage garou : en sang-mêlé, à cheval entre deux mondes. Ni avili ni purifié, juste autre et capable de voyager un peu entre les mondes et de les faire communiquer, pour travailler à mettre en œuvre un monde commun ». Le premier chapitre est consacré à la rencontre du loup et c’est passionnant à suivre. Le loup devient un homme pour l’homme quand les regards se croisent et se dévisagent. Dans le chapitre suivant, la confrontation avec l’ours américain sera l’occasion de se repenser en tant que proie, « viande » dira l’auteur : « un humain est parfois moins digne d’intérêt qu’une souche ». L’ours, omnipotent dans son milieu naturel, peut : « nous restituer notre statut écologique de vivant parmi les vivants, pris dans la grande circulation de l’énergie solaire… ». Le 3e chapitre amène au Kirghizistan, dans la réserve naturelle du lac Song Kul et à l’exemple de la panthère des neiges emblématique des lieux, l’auteur apprend la « patience désirante ». Les chapitres suivants vont reprendre les réflexions nourries par l’observation in situ et les étoffer avec un souci constant de clarté et de didactisme.
Une intelligence diplomatique et empathique est nécessaire pour approcher le vivant dans son altérité, les paumes ouvertes mais les sens aux aguets, la peur transcendée et la pensée ouverte, tout un apprentissage autre, davantage chamanique et animiste que rationnel et judéo-chrétien. Il s’agira de « composer des habitats partagés » afin que la cohabitation avec la nature soit possible. Ces récits de pistage où les observations de terrain côtoient des réflexions essentielles ouvrent des voies enthousiasmantes pour approcher avec respect et griserie la nature, déchiffrable en partie quand la patience, l’art et les connaissances naturalistes s’ajustent. Progressivement, l’auteur décentre son questionnement du pistage et l’élargit vers notre animalité fondatrice, sédimentée, des « matrices comportementales » partagées par d’autres animaux et depuis détournées, enfouies mais promptes à surgir quand l’environnement les stimulent. En partageant nos espaces, on enrichit considérablement nos existences.

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1402
Localisation: Ile-de-France
Âge: 46 Poissons


Posté: Jeu 01 Nov 2018 7:54
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Bonjour l'ami,
ta référence au propos de l'auteur qui se sent "viande" face à l'ours me fait penser aux considérations de Y. N. Harari sur l'hyper-agressivité de l'être humain vis-à-vis de l'environnement due à la circonstance qu'il ne se situe pas, biologiquement et historiquement pendant des dizaines de millénaires, au sommet de la chaîne alimentaire...

Je capture le livre, que tu décris avec tant d'enthousiasme.
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1369
Localisation: Nîmes
Âge: 58 Lion


Posté: Jeu 08 Nov 2018 15:27
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Cher apo,

J'espère que cet essai t'enchantera en t'ancrant un peu plus sur cette bonne vieille Terre comme ce fut le cas pour moi.

Bien à toi.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre