Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Migrations : une nouvelle donne | Catherine Wihtol de W...]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1492
Localisation: Ile-de-France
Âge: 47 Poissons


Posté: Jeu 25 Juil 2019 12:52
MessageSujet du message: [Migrations : une nouvelle donne | Catherine Wihtol de W...]
Répondre en citant

[Migrations : une nouvelle donne | Catherine Wihtol de Wenden]

J'ai enfin trouvé en ce livre, étrangement édité par une maison mineure au lieu que par les PUF, en 2016, ce que je cherchais depuis longtemps : pas un essai sur une thématique ponctuelle relative aux migrations (pas non plus un pamphlet comme l'auteure en a déjà publiés), mais ce qui ressemble le plus à un traité, c-à-d. un exposé systématique et didactique de l'ensemble des sujets qui composent la matière. Avec cela, l'étude n'est pas longue – moins de 200 p. -, sa lecture reste très abordable et les références (notes et bibliographie) sont extrêmement succinctes : la lecture idéale à recommander à un étudiant ou à un lecteur non spécialiste qui souhaite, en un seul livre, mettre à l'épreuve critique ses idées reçues sur une problématique dont la couverture médiatique et le discours politique sont aussi prolixes qu'absolument inadaptés – sinon délibérément idéologiques et mensongers.
En effet, la déconstruction de la vulgate sur les migrations, mais aussi sur l'octroi de l'asile, sur les politiques européennes d'immigration, sur l'histoire migratoire française (y compris la question des « générations » issues de l'immigration), enfin sur les questions juridiques de droit public et international concernant la citoyenneté, les frontières, l'émergence d'un « droit à la mobilité » et d'une « gouvernance globale des migrations », ci opérée, se fonde sur la démonstration de la péremption des anciennes caractéristiques des migrations, et donc des connaissances, croyances et politiques afférentes. S'il y a inadéquation des politiques aux réalités contemporaines – le cas le plus flagrant étant la nécessité périodique d'opérer des régularisations de sans-papiers dans un régime de fermeture des frontières – c'est d'abord parce que les réalités ne sont pas comprises, les problématiques refoulées ou leur lecture idéologisée à des fins électoralistes ou pour servir des intérêts particuliers – tels ceux de l'industrie de la sécurité.
Ainsi, dans le chap. Ier, « La mondialisation des migrations, une nouvelle bipolarité », ce sont les aspects systémiques du phénomène, dans une nouvelle temporalité, une nouvelle géopolitique, de nouveaux acteurs et intérêts en concurrence avec les États, de nouvelles caractéristiques des migrants, de nouveaux enjeux globaux et régionaux, enfin dans une dialectique mal comprise entre migration et développement qui sont étudiés.
Le chap. II, « La "crise" des réfugiés », se penche sur le droit d'asile, qui a explosé depuis les années 1990, dans sa perspective européenne et se demande si le réfugié est « un élément de désordre dans l'ordre international », de même qu'il se pose la question des déplacés environnementaux – « les migrants de demain ? » - catégorie encore inconnue du droit international.
Le chap. III, « L'Europe, un continent d'immigration qui tarde à se reconnaître comme tel », donne dans ce titre la raison de la faillite des politiques européennes : ainsi, l'espace euro-méditerranéen est en passe de devenir « l'une des plus grandes lignes de fracture au monde », et les instruments de sa politique entièrement sécuritaire montrent leurs limites alors qu'ils engloutissent d'énormes ressources.
Le cap. IV, « La France et ses migrations internationales » se compose à la fois d'un rappel historique sur ses « Cent soixante ans d'immigration » et d'une courte étude sur ce qu'on a coutume d'appeler la question de « l'intégration » des descendants des migrants.
Suivent enfin deux chapitres juridiques, qui synthétisent d'autres travaux plus connus de Wihtol de Wenden : « Citoyenneté, État-nation et migrations » - une étude de l'évolution de la notion de la citoyenneté, au niveau international et français dans ses influences réciproque avec le droit européen, et « Vers un droit à la mobilité ? » - sur l'évolution des frontières et « l'émergence d'une gouvernance globale des migrations ».
Une synthèse donc de multiples sujets, efficace et indispensable à appréhender le phénomène migratoire de façon actuelle et dans la complexité qui le caractérise.


Cit. :

« Les effets pervers [de l'absence d'une politique migratoire de l'Europe] sont nombreux : entrées clandestines, sédentarisation des sans-papiers, esclavage moderne, détournement de la demande d'asile et du mariage à des fins de travail. Les secteurs qui manquent de main-d’œuvre font appel à un volant d'immigration irrégulière. Les politiques européennes, de même que celle des États, ont concentré leurs objectifs sur le contrôle des frontières, dans une vision sécuritaire habitée par le risque migratoire, le terrorisme, la criminalité organisée et la prévention des défis de "l'intégration". Ainsi, les politiques d'immigration sont en permanent décalage avec la réalité des flux. » (p. 74)

« Le "modèle" français – s'il existe – apparaît quelque peu isolé (et démodé) par rapport aux multiculturalismes mis en avant au Royaume-Uni, aux Pays-Bas ou en Allemagne. En réalité, ils sont eux aussi dépassés aujourd'hui.
Contrairement à l'idée commune, "l'intégration" (un terme d'ailleurs flou et très subjectif) se poursuit et se confirme, et ce en dépit du chômage persistant et des discriminations dans les zones dites "sensibles", malgré la territorialisation de la pauvreté, qui coïncide avec une ethnicisation des territoires, mais aussi malgré les réseaux transnationaux à caractère religieux, qui cherchent à exercer une influence sur une population d'autant plus malléable sur le terrain de l'islam qu'elle en a souvent une connaissance fragile. La "seconde génération" fait résolument partie de la société française et s'inscrit dans des pans entiers d'une culture jeune, populaire et métissée. À cette intégration "par le bas" s'ajoute la prise en compte de son existence "par le haut", même si sa représentation politique est encore faible. » (p. 121)

« Il reste cependant à identifier les contradictions du discours international sur les migrations (libéralisme économique et approche sécuritaire, inégalités du droit à la mobilité à l'échelle mondiale alors que les migrations sont considérées comme un facteur essentiel du développement humain, respect des droits de l'homme et approches souverainistes, valorisation de la fluidité internationale pour tous les facteurs d'échange sauf sur les hommes) et des pratiques ayant des effets indirects sur les migrations, comme l'exploitation des matières premières des pays africains par des pays tiers, la délocalisation de cultures à fortes valeur marchande dans des pays à très bas salaires, mettant en péril l'équilibre économique des pays producteurs initiaux […]. La gestion des migrations internationales à l'échelle mondiale ressemble encore à un vaste far west où seuls les grands pays d'immigration font la loi quant à la définition des régimes migratoires. » (pp. 165-166)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre