Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale    
[Vera Kaplan | Laurent Sagalovitsch]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1402
Localisation: Ile-de-France
Âge: 46 Poissons


Posté: Sam 25 Aoû 2018 12:49
MessageSujet du message: [Vera Kaplan | Laurent Sagalovitsch]
Répondre en citant

[Grand merci à l'amie Swann...]

Je suis époustouflé, abasourdi, admiratif devant ce court roman qui se dit « librement inspiré du destin véritable de Stella Goldschlag », chasseuse de Juifs à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et où le narrateur complètement ignare entre en possession de documents de sa grand-mère qui se confesse à titre posthume. La raison de mon admiration tient à la tension éthique constante qui empêche le lecteur à tout moment d'émettre un jugement définitif sur les agissements de la protagoniste, voire même sur son personnage tout entier. Compte tenu de la nature des faits, cette suspension du jugement relève du prodige. Il me semble que l'auteur y parvient par quatre moyens :
- sur le plan de la structure du récit, les interventions du narrateur sont minimes, et la plus grande partie du roman se compose de deux textes de la protagoniste : son adresse ultime à sa fille, désignée héritière universelle et destinataire de tous les documents autobiographiques de Vera, et son journal de guerre qui relate sans fard son basculement vers la délation et la traîtrise ;
- par conséquent, le point de focalisation du lecteur se porte insensiblement sur sa sympathie ou antipathie à l'égard de l'héroïne, et l'auteur a tout loisir de multiplier les ressorts pour susciter alternativement l'une ou l'autre, par-delà le récit des faits ;
- le passage d'un sentiment à son contraire est facilité par un usage abondant du paradoxe, dans les arguments des personnages – à commencer par celui du procureur (cf. cit. infra) – qui facilite la création d'une personnalité contradictoire chez la protagoniste, notamment au fil du temps, entre les deux textes présentés en ordre anti-chronologique ;
- d'autant plus que certaines autres subtilités psychologiques sont utilisées, comme la répétition intergénérationnelle de l'enfantement en l'absence d'une figure paternelle, ou l'interruption brusque du journal à un moment qui suggère la grossesse : le roman devient donc résolument matrilinéaire.

Spécifiquement, l'aspect contradictoire se manifeste entre une sorte d'arrogance teintée de feinte sérénité de la fin de vie de Vera – pourtant démentie par cette même fin de vie – où un sophisme de mauvaise foi est assumé sans le moindre questionnement, ainsi que son ambiguïté par rapport à ses démarches pour nouer un contact avec sa fille (cf. aussi l'apprentissage de l'hébreu et son activité professionnelle de traductrice), vis-à-vis du déchirement désespéré dont elle fait preuve dans sa jeunesse, lors de ses méfaits. Ces contradictions étoffent le personnage, lui rendent un caractère plus réaliste, plus incarné, et naturellement évitent que le lecteur tombe dans une relation univoque avec lui/elle.
Un deuxième aspect qui illustre les contradictions dans le parcours même de Vera Kaplan, auquel m'ont rendu sensible mes dernières lectures de Frédéric Gros et Pierre Bayard, c'est l'importance des rencontres dans les conflits éthiques : les actes ainsi que les pensées du personnage apparaissent fortement influencés, voire même déterminés par le personnage de Karl. Sur le plan psychanalytique, on peut émettre l'hypothèse que le narrateur transforme le questionnement éthique du jugement des actes de Vera sur celui de « l'infamie » ou de la « bénédiction divine » de son union avec Karl.


Cit. :

« "Et si vivre n'est jamais un crime, c'est tout au moins dans les circonstances présentes, circonstances épouvantables j'en conviens, circonstances inédites dans toute la longue histoire de l'humanité, une faute que seule une peine d'emprisonnement de dix années parviendra à réparer." » [réquisitoire du procureur] (p. 27)

« Vivre […] aussi pour leur montrer que je ne me soumettrais pas à leur ordre nouveau. Que jamais, aussi longtemps que mon corps me le permettrait, je ne deviendrais complice de l'extermination de mon propre peuple en acceptant sans broncher leurs commandements de monter dans les wagons m'emmenant vers une mort certaine. […]
Et si, oui, je les ai aidés en pleine conscience à remplir leurs wagons d'autres Juifs, c'est que je savais que ces Juifs-là avaient renoncé depuis bien longtemps à se comporter comme de véritables Juifs. […]
Ce furent eux [les Juifs dénoncés], les véritables complices, ce furent eux qui par leur passivité criminelle collaborèrent avec leurs assassins. Eux et pas moi. » (pp. 42-44)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]

 Afficher toutes les notes de lectures pour ce livre
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2175


Posté: Sam 25 Aoû 2018 22:01
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Une note de lecture très littéraire, très intéressante.
J'ai été frappée par les mêmes passages.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre