Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale    
[2800 minutes | Tatiana Arfel, Sophie Bienvenu]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1387
Localisation: Ile-de-France
Âge: 46 Poissons


Posté: Sam 14 Avr 2018 19:06
MessageSujet du message: [2800 minutes | Tatiana Arfel, Sophie Bienvenu]
Répondre en citant

Ce livre contient deux nouvelles, « Hand in cap » de Tatiana Arfel, « L'ombre des thuyas » de Sophie Bienvenu, issues de résidences d'écriture de 24 heures, respectivement dans une structure médico-sociale d'accompagnement pour adultes handicapés et dans un centre psychiatrique hospitalier pour adolescents. Un entretien avec leurs auteures suit chaque texte fictionnel.

Dans la nouvelle de Tatiana Arfel, le narrateur est un soignant « chevillé aux corps » qui, durant une journée de travail ordinaire dans la chaleur du plein été, s'occupe d'abord de sa propre mère, frappée par un AVC, puis d'une jeune fille paralysée suite à un accident de moto, ensuite d'un homme atteint de troubles obsessionnels compulsifs, et enfin d'un monsieur handicapé moteur de naissance, qui a fait, de la sensibilisation au handicap auprès des municipalités, des publics scolaires et des entreprises, son activité et sa vocation. Le texte alterne le point de vue, somme toute neutre, professionnel voire terne du soignant avec ceux, reproduits en italiques, des autres personnages, à l'exception de la mère. L'effet de contraste est parfois intéressant, saisissant surtout pour la jeune fille, dont on perçoit la haine de sa condition (cf. cit.) : quelques phrases m'ont fait penser, en moins intense, à un autre personnage de jeune fille hémiplégique d'une auteure que j'aime beaucoup aussi : Nelly Arcan dans son roman Paradis, clés en main.

« L'ombre des thuyas » de Sophie Bienvenu, qu'elle définit « de l'auto-fiction », figure l'effet projectif que provoque, sur la narratrice, la rencontre avec un adolescent aux yeux bleus interné pour violence, vis-à-vis de son ex-compagnon auquel la nouvelle s'adresse, en guise de lettre ouverte. Hormis la chute, assez fantastique, qui concerne l'adolescent, le récit consiste presque uniquement dans la remémoration des maltraitances maladives endurée par la narratrice durant leur rapport de couple. L'on peut donc considérer que la résidence littéraire a constitué, dans le cas de Sophie Bienvenu, l'inducteur d'un texte autobiographique.

Dans les deux cas, mon sentiment est que la nouvelle est un genre difficile, même pour des romanciers confirmés, et que mon intérêt personnel pour cette lecture, malgré la grande admiration que je voue à Tatiana Arfel, a résidé surtout dans les circonstances particulières et insolites de la composition.


Cit. :

« Le petit homme parle.
Il est rouge, il est mal à l'aise.
C'est que j'ai essayé de le provoquer, de l'aguicher, il a peur que je recommence.
Je voulais le punir. Je voulais qu'il s'en aille.
Avec Marc, j'ai réussi.
J'ai été si odieuse qu'il est parti, j'ai fait exprès, il fallait bien qu'il vive, qu'il se trouve une autre fille.
Une vraie, une valide. Il y en a plein à la fac qui gloussent et sautillent en grappes pour attraper les mâles trop rares, je n'y retournerai pas. » (p. 16)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre