Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums   InscriptionInscription 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[On n'y voit rien | Daniel Arasse : descriptions]
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1276
Localisation: Nîmes
Âge: 57 Lion


Posté: Jeu 12 Oct 2017 12:07
MessageSujet du message: [On n'y voit rien | Daniel Arasse : descriptions]
Répondre en citant

La nature dérobée.
Couverture noire, titre en grisé, le lecteur doit déjà se pencher sur le livre pour découvrir de quoi il s’agit. Bien vu ! La tentation est alors grande de les ouvrir de concert, l’œil et l’essai pour voir ce qu’on va voir. Daniel Arasse (1944-2003), en bon pédagogue et historien de l’art, spécialisé dans la Renaissance et l’art italien, propose d’abord une œuvre du Tintoret de 1550, Mars et Vénus surpris par Vulcain. Avec son didactisme affiché, l’auteur irrite d’entrée de jeu en adressant son explicitation du tableau à une épistolière italienne fictive incapable de voir les connotations érotiques. Le reflet dans le miroir, légèrement décalé dans le temps, donne une autre dimension à l’adultère mis en image. L’étude se poursuit avec L’Annonciation, peinte vers 1470-1472 par Francesco del Cossa, artiste du Quattrocento de l’école de Ferrare. Vient ensuite l’extraordinaire toile de Bruegel l’Ancien, L’Adoration des Mages, datée de 1564 où les trognes oscillent entre le grotesque et la sidération. Moins ostentatoire que dans le premier commentaire mais tout aussi pompeuse, l’accroche d’Arasse se fait par une énonciation à la troisième personne. La description passe l’œuvre à la moulinette socioculturelle. Les rois mages ont : « l’air de vieux hippies avachis, de babas édentés… de vieillards gâteux » quand on pourrait y déceler des cadavres en sursis, des zombis en plan plus en phase avec l’air du temps d’aujourd’hui. Daniel Arasse va concentrer son propos sur l’« œil noir » de Gaspar, roi élégant mais en retrait. Restent encore deux chefs-d’œuvre abordés successivement, La Vénus d’Urbin, 1538, du Titien, le « prince de la Peinture » puis les incontournables « Ménines », 1656, de Diego Velázquez, peintre baroque espagnol juché au firmament de l’art. En tout cinq œuvres sont décortiquées et une thématique abordée, celle de l’identité de Marie-Madeleine à travers sa chevelure. Papier, format et multiples focus en couleur sur l’œuvre étudiée rendent le cheminement agréable mais au bout du parcours, qu’a-t-on vu qu’on ne saurait voir ? Y verra-t-on mieux la prochaine fois ? Cela reste à voir. Le discours érudit et pointilleux de l’auteur s’avère constamment « arassant ».

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]

 Afficher toutes les notes de lectures pour ce livre
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre