Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale    
[La Religion | Tim Willocks]
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1585
Localisation: Nîmes
Âge: 59 Lion


Posté: Mer 01 Oct 2014 9:05
MessageSujet du message: [La Religion | Tim Willocks]
Répondre en citant

Victime du devchirmé, le jeune Matthias, fils de forgeron, âgé d’une douzaine d’années, est enlevé par l’armée turque et part alimenter le corps des janissaires dans l’armée de Soliman le Magnifique. Eduqué, entraîné et nommé Ibrahim, Mattias recouvre son indépendance bien des années et des meurtres plus tard. Il prend le nom de Mattias Tannhauser et décide de se consacrer au négoce afin de s’enrichir durablement mais les routes marchandes au limes de l’Orient et de l’Occident attisent toutes les convoitises. Lassé du piratage des corsaires chrétiens et désireux de consolider son emprise sur la Méditerranée, le shah Soliman décide de lancer son invincible armée sur l’île de Malte tenue par les Hospitaliers. Les chevaliers de l’Ordre de Jérusalem sont sous le commandement de l’inflexible grand maître Jean Parisot de La Valette ; les 30 000 hommes de l’armée de Soliman et la flotte turque sont dirigés conjointement par Mustapha Pacha et par l’amiral Piyale Pacha. La Valette, connaissant la vie et la réputation de Tannhauser, est désireux de le faire venir à Malte afin de bénéficier de son expertise guerrière mais Mattias sait que le conflit est joué d’avance. La poignée de chevaliers, de mercenaires et de Maltais ne sauraient contenir la déferlante ottomane invaincue. Pourtant, l’Allemand va se laisser entraîner dans une boucherie infernale pour l’amour de deux femmes extraordinaires. L’une, Carla, de noble ascendance, recherche son fils bâtard sur Malte ; l’autre, Amparo, accompagnerait Carla en enfer et toutes les deux plus loin encore depuis qu’elles ont croisé Tannhauser. Faisant table rase du passé proche et misant sur un présent intense et un futur proche incertain, Tannhauser brûle ses entrepôts et part pour Malte accompagné de son ami Bors de Carlisle, redoutable géant bretteur ivre de gloire. Le siège commence et les morts s’élèvent en murailles liquéfiées et putrides. Contrairement à leurs prévisions prétentieuses, les Turcs ont à faire à un mur. La Religion est déterminée à en découdre jusqu’au dépècement ultime pour la plus grande gloire de Dieu. Les batailles se succèdent frénétiquement, aux noms d’Allah et du Baptiste, les canons et les sapeurs ruinant les forteresses, les feux grégeois incendiant les janissaires mais la résistance opiniâtre de l’île ne se relâche pas. Risquant sa vie pour une guerre qui ne le concerne pas, Mattias franchit les cercles de l’enfer pour les beaux yeux d’Amparo et l’amour rêvé de Carla mais il lui reste encore à passer un seuil ultime, à l’extrême limite de la folie et de la mort.
Roman d’aventure sur fond historique, La Religion est un bloc de 950 pages qui fond à grande vitesse dans les mains du lecteur à raison d’une centaine de pages par saccade quotidienne tant l’histoire se dévore sans frein. L’auteur sait dérouler un récit d’une grande fluidité où l’action est menée à son terme sans tergiversation. Les passages elliptiques sont bien posés. Le lecteur entre de plain-pied dans l’histoire dès le prologue. La capacité de l’auteur à décrire le parcours d’une lame dans un corps est surprenante et sidérante. La guerre est vue du côté du combattant, au plus près de l’action et des tourments intérieurs de chacun. Aucune noblesse ne se dégage d’une boucherie qui semble sans fin telle l’histoire des hommes. Le siège de Malte au XVIe siècle est déjà une guerre moderne, totale où la population maltaise est embringuée, hommes, femmes et enfants. Les canons, les tranchées, les mines souterraines, la contamination des puits d’eau potable, les morts pour l’exemple, le fanatisme, la haine exacerbée de l’autre, l’extermination de masse, tout est en place comme une répétition des guerres mondiales à venir. L’intérêt majeur du roman n’est pourtant pas là mais plutôt dans la question lancinante du bien et du mal et dans l’intensité des sentiments roulant au gré des situations paroxystiques amenant les personnages à se repositionner sans cesse, à s’adapter mentalement à l’impensable. En un clin d’œil, le bourreau intraitable devient une victime pitoyable. En ce sens, l’inquisiteur Fra Ludovico acquiert une présence et une dimension exceptionnelles. Contrairement à ce qui a pu être écrit à propos de ce livre, il n’y a pas de happy end possible, seulement des survivants hébétés.

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]

 Afficher toutes les notes de lectures pour ce livre
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Littérature générale
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre