Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
Les notes de lectures recherchées

3 livres correspondent à cette oeuvre.

Il y a actuellement 3 notes de lecture correspondant à cette oeuvre (voir ci-dessous).

Notation moyenne de ce livre : (3 livres correspondant à cette oeuvre ont été notés)

Mots-clés associés à cette oeuvre :

Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1972
Localisation: Nîmes

Posté: Mar 02 Avr 2024 14:46
MessageSujet du message:
Commentaires : 0 >>

Blues.
Au soir de sa longue vie, Louise Soral, centenaire, poursuit l'histoire de ses ancêtres, planteurs esclavagistes installés en Louisiane. Hazel, la maîtresse de maison, prend note et accompagne Louise dans sa veillée pendant laquelle elle délivre tous les secrets familiaux. Elle en vient au printemps 1865, à la propriété du Chêne rouge quand elle est jeune fille et désespère, en compagnie de son demi-frère Lazare, de revoir son père porté disparu depuis la fin de la guerre de Sécession.
Le troisième volet clôt la trilogie de "Louisiana" et contrairement aux deux précédents tomes, il conserve son unité narrative en se recentrant sur Jean Soral et ses deux enfants. L'étude de caractère est plus cohérente avec des personnages mieux posés. Apparaissent même quelques très belles planches dessinées lorsque Jean se confronte à Marie Laveau. Malgré tout, l'histoire souffre de multiples incohérences avec des personnalités versatiles, des partis pris discutables et un traitement graphique souvent malhabile.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1972
Localisation: Nîmes

Posté: Dim 03 Mar 2024 16:00
MessageSujet du message:
Commentaires : 0 >>

Malédiction.
À la Nouvelle-Orléans, en 1961, la centenaire Agnès Soral continue d'extirper de son impeccable mémoire l'histoire familiale de ses ancêtres, planteurs en Louisiane, auprès de sa fidèle domestique à tout faire qui transcrit les évènements marquants d'une tragédie en marche. Au printemps 1822, Joséphine, la fille des premiers colons, va se marier avec un Français nouveau venu. Jean va naître de cette union qui s'étiole très vite avec un mari volage et absent. Puis, en grandissant, le jeune homme va s'éprendre d'une esclave et déclencher la fureur de sa mère.
Le deuxième tome de la trilogie ne convainc pas davantage que le premier et surprend avec une curieuse évolution physique et psychologique des personnages, Joséphine décrochant le pompon. Les traits marqués, la lippe toujours amère, elle est aussi incohérente que sa mère plongée dans le déni perpétuel. Naguère ouverte d'esprit, Joséphine devient raciste et violente. Sa relation avec Marie Laveau, métisse et prêtresse vaudou, devient totalement incongrue. le dessin, malheureusement, ne se bonifie pas au fil des planches. Avec sa riche thématique et ses couvertures accrocheuses, ses sombres couleurs d'incendie, la série Louisiana aurait pu être bien plus percutante si elle avait été davantage nuancée et si les personnages avaient été plus creusés.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1972
Localisation: Nîmes

Posté: Dim 03 Mar 2024 15:54
MessageSujet du message:
Commentaires : 0 >>

I had a farm in America.
Louise Soral a cent ans en 1961. Elle porte la mémoire douloureuse d'une famille de planteurs sudistes installée au Chêne rouge, en Louisiane, depuis 1805 quand Augustin et Laurette Maubusson prennent possession d'une exploitation sucrière. Sous la pression de ses enfants et petits-enfants et du temps de vie qui s'amenuise, Louise décide de prendre un biais et de raconter son histoire familiale à sa fidèle employée de maison, Hazel afin que tout soit porté par écrit. Elle remonte au tout début de l'installation en Amérique de ses arrières grands-parents et se focalise sur leur fille, Joséphine, aux idées émancipatrices et humanistes.
Si la couverture est accrocheuse, l'histoire d'une famille de planteurs racistes et violents aurait mérité plus de nuances et de cohérence. Ainsi, dans le contexte de l'époque, l'attitude de la jeune fille détonne d'autant plus qu'elle lutte sur plusieurs fronts, l'esclavagisme et plus globalement la maltraitance faite aux femmes, harcèlement, agressions, viols. Accessoirement, Joséphine peut être sage-femme et accompagner un accouchement dans les champs. D'où lui vient ce sentiment de révolte et ses acquis si particuliers ? D'autre part, le point de vue des esclaves noirs n'est jamais vraiment évoqué comme s'ils ne constituaient qu'un élément du décor. de plus, les scènes de viol contiennent une charge érotique déplacée. Enfin, graphiquement, les approximations et les déséquilibres dans les visages et les positions corporelles minent un peu l'ensemble qui est pourtant bien tenu par la couleur. Pourtant, la thématique est riche et captivante. Peut-être que les volumes suivants apporteront des clés, des compléments et des ouvertures salutaires ?
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
 
 
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre