Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[La société du hold-up : le nouveau récit du capitalisme...]
Auteur    Message
Franz



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 01 Déc 2006
Messages: 1834
Localisation: Nîmes
Âge: 62 Lion


Posté: Dim 26 Mai 2013 15:55
MessageSujet du message: [La société du hold-up : le nouveau récit du capitalisme...]
Répondre en citant

[La société du hold-up : le nouveau récit du capitalisme | Paul Vacca]

Haut les cœurs et bas les pattes ! Le hold-up connaît des avatars modernes bien plus dévastateurs. Auparavant, un bandit se lançait dans l’aventure du braquage avec l’idée presque chevaleresque de faire main-basse sur le coffre de la banque pour en redistribuer une partie aux nécessiteux. Les gangsters se sont souvent réclamés de Robin des bois, prendre aux riches pour donner… à eux-mêmes la possibilité de réaliser le rêve américain. L’essai de Paul Vacca brosse l’histoire du hold-up depuis ses origines en évoquant les grands noms du banditisme et en précisant sa genèse pragmatique. Il aura fallu au départ un capital amassé et la possibilité d’en jouir. Le hold-up naît en Amérique, terre de liberté individuelle et de spéculation. Chacun a le droit au rêve et à la possibilité de le réaliser. Ce n’est que progressivement que le malfrat érige les règles du vol à main armée à travers un triple défi lancé à la technologie, au pouvoir et au destin. Cette première partie, passionnante en soi, donne tout son relief à la postmodernité du hold-up inversé c’est-à-dire réalisé par les banques au détriment de l’ensemble de la population. Les trois grands casses du vingt-et-unième siècle ont été préparés durant des années par les banques, les assureurs, les investisseurs et les agences de notation. Jouant sur la déréglementation, le premier vol aux répercussions planétaires est celui des subprimes suivi dans la foulée par le gang des déréglementeurs faisant racheter par les citoyens via l’Etat les créances toxiques des banques puis enfin grâce à la main-basse réalisée par John Paulson engrangeant lors de l’éclatement de la bulle immobilière qu’il avait anticipé pas moins de 20 milliards de dollars. Il n’y a pas de petit profit.
De la mythologie à l’utopie, du fantasme au rêve, la société doit consolider ses assises si elle ne veut pas s’écrouler. Elle est concernée et emberlificotée dans les rets du hold-up. Chacun peut braquer son prochain et ainsi de suite, entraînant une implosion de la société dans laquelle plus aucune idée de partage n’est possible. L’essai est riche et stimulant. Il y est aussi question des braquages faits à la culture, au cinéma, avec l’avènement du blockbuster, à la musique, à l’art, etc. De grands bandits notoires sont identifiés, Apple, Facebook, Amazon, etc., ces start-up à la recherche du bon coup rapide. Il faut tout et tout de suite. Si avant le gros mangeait le petit, maintenant c’est le rapide qui dévore le lent. Bien écrit, au rythme enlevé, savamment documenté, l’essai se lit d’une traite avec un grand plaisir teinté d’angoisse. S’approchant du nerf du monde moderne, l’argent, on y pressent une grande solitude et le goût du néant.

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre