Logo Agora

 AccueilAccueil   Votre bibliothèqueVotre bibliothèque   Ajouter un livreAjouter un livre   FAQFAQ   RechercherRechercher   ForumsForums 
 MembresMembres   GroupesGroupes   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 
    Répondre au sujet L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique    
[Otium | Jean-Miguel Pire]
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1617
Localisation: Ile-de-France
Âge: 48 Poissons


Posté: Lun 15 Fév 2021 19:12
MessageSujet du message: [Otium | Jean-Miguel Pire]
Répondre en citant

Après avoir réfléchi, avec Deny-Robert Dufour, sur les raisons et les modalités de la confiscation de l'otium par le libéralisme depuis les Lumières anglaises, je poursuis ici le cheminement avec la découverte des moments de la résistance, tout au long de notre histoire intellectuelle occidentale, qui ont permis le développement, l'épanouissement ou simplement la survie de ce concept d'émancipation individuelle. Cet essai brillant, posé, remarquablement bien écrit, se propose à la fois de poser la définition de l'otium à travers ses multiples évolutions dont la première remonte déjà à la métamorphose entre la skhôlè grecque et l'otium latin – évolutions souvent contestataires voire révolutionnaires – et de le mettre en relation avec l'art et son enseignement, son descendant exemplaire, et avec la démocratie dont il est présupposé. De plus, depuis la Renaissance française et à cause de son incompatibilité radicale avec le christianisme, l'otium doit être associé avec les politiques culturelles publiques ; cette circonstance place l'art et la culture dans des relations dialectiques complexes et changeantes avec le pouvoir royal puis républicain. En effet, avant d'être l'ennemi du productivisme et de la société mercantile, l'otium a dû lutter contre la religion, et en cela il s'est fait le compagnon de route de la laïcité (dans l'histoire de laquelle l'importance de la monarchie de Juillet m'était inconnue), mais au risque de se laisser instrumentaliser par le politique. Quant à l'art et à son enseignement, ses ennemis viennent parfois de là où on ne les attend pas, même si Dufour nous a appris à nous méfier de Mai 68 et même de Pierre Bourdieu...



Table :

Introduction

Préambule : Vita activa / Vita contemplativa -
S'arrêter et rasseoir en soi, explorer les profondeurs de l'être [Montaigne et Valéry]
L'instrumentalisation du monde [Hannah Arendt]
La vérité suprême de la vie est l'art [Heidegger et Proust]

I Archéologie de l'otium studieux -
De la Skhôlè grecque à l'otium latin [Platon et Sénèque]
Le christianisme et l'otium [Foucault]
La Renaissance de l'otium et les Académies [Marc Fumaroli]

II Une politique de l'esprit -
François Ier et la « prudence lettrée » [Budé]
Des Académies aux Sociétés de pensée révolutionnaires
Fortifier sa raison, cultiver son esprit [Condorcet]
L’État est laïque pour le salut de toutes nos libertés [François Guizot (1787-1874), personnalité centrale du volontarisme culturel sous la monarchie de Juillet]
Il faut un grand ministre de l'intelligence publique [idem – suite]

III L'éducation artistique au cœur de l'otium -
Orientation mercantile contre épanouissement individuel [Léon Laborde et le Second Empire]
L'enseignement doit surtout être scientifique [Durkheim et la IIIe République]
L'art détourne donc de la vie morale, parce qu'il détourne de la vie réelle [idem – suite]
L'éducation artistique confinée à la créativité individuelle [avant et après Mai 68]
L'histoire des arts, atelier de l'otium dans la scolarité [des arts plastiques à l'histoire des arts, depuis 2008]

IV La République, rempart contre le negotium ?
Malraux et la puissance métaphysique de l'art
L'objet d'art est l'objectivation d'une relation de distinction [relecture critique de Bourdieu]
La colonisation de nos paysages intérieurs [d'après Annie Lebrun, Ce qui n'a pas de prix..., 2018]

Conclusion



Cit. :


1. « L'art de lire à loisir, à l'écart, savamment et distinctement, qui jadis répondait à la peine et au zèle de l'écrivain par une présence et une patience de même qualité, se perd : il est perdu. […] Les œuvres qui demandaient du temps sans compter, et les œuvres faites en vue des siècles, ne sont plus guère entreprises de nos jours. L'ère du provisoire est ouverte : on n'y peut plus mûrir de ces objets de contemplation que l'âme trouve inépuisable et dont elle peut s'entretenir indéfiniment. Le temps d'une surprise est notre présente unité de temps. » (Paul Valéry, 1935, cit. p. 38)

2. « Cela les protège [les œuvres d'art] d'être réduites aux intentions de leur créateur, à l'interprétation de leur public ou aux intérêts matériels comme symboliques qu'elles peuvent éventuellement et momentanément servir. Les œuvres d'art excéderont toujours les calculs et les besoins que l'on peut concevoir à leur endroit. Leur valeur même est indexée sur la puissance sémantique et poétique qui leur permet de s'imposer au-delà des circonstances et de durer parfois bien plus longtemps que les civilisations qui les ont engendrées. Par nature, ces objets sont désintéressés au sens où ils ne peuvent être réduits à un intérêt qui leur soit extérieur. Ils s'inscrivent donc en profonde résonance avec la pensée méditante permise par l'otium, dans la mesure où, lui non plus, ne supporte aucune instrumentalisation. » (p. 49)

3. « L'humanité, les sentiments humains, semblent advenir précisément quand chacun se montre capable de dépasser la sphère limitée de ses intérêts pour considérer ceux d'autrui. […] Le désintéressement est alors l'aptitude à se hisser vers cette sphère supérieure. Indispensable à la recherche de la vérité, une telle exigence commande aussi la démarche éthique. Sur le plan politique, elle fonde également la possibilité de concevoir et de s'attacher à l'intérêt général. À cette condition, l'individu peut devenir un sujet, c'est-à-dire une conscience libre et autonome, capable d'appréhender tout objet en toute indépendance, notamment vis-à-vis de ses propres intérêts. […] Dans l'histoire de la pensée, cette première valorisation du désintéressement et de la vie contemplative constitue un événement déterminant. » (pp. 62-63)

4. « [… La corruption] peut survenir à tout moment quand le laxisme intellectuel, moral et linguistique paralyse progressivement les moyens de défense d'un organisme ou d'une civilisation. [Selon Guillaume Budé (1467-1540), inspirateur du volontarisme culturel de François Ier], il y a une réflexion sur les liens qui existent entre la dégradation du langage, celle des esprits et celle des mœurs, les trois allant de pair. » (Gilbert Gadoffre, 1997, cit. p. 88)

5. « La fragilité de la [IIIe] République naissante explique sans doute son raidissement sur la définition très restrictive donnée à la raison. Celle-ci doit être d'abord distinguée des savoirs jugés trop contaminés par les sens, la sensibilité et par tout ce qui peut distraire la lumière projetée par la rationalité sur la réalité. Les valeurs de l'otium ne trouvent donc guère de place dans ce positivisme radical. La contemplation studieuse et gratuite paraît bien intempestive pour des hommes à présent guidés par la seule recherche de l'efficacité matérielle. Ici, l'art ne peut guère aspirer qu'au statut d'ornement ou de divertissement. » (p. 146)

6. « En effet, à la différence des autres disciplines, l'art est ici d'abord mis au service du perfectionnement de la personnalité des élèves, avant d'être compris comme un ensemble de savoirs théoriques et techniques qu'il leur faut acquérir pour lui-même. C'est à ce moment que se met en place un raisonnement qui va dominer le XXe siècle et qui fait de l'éducation artistique une sorte de havre pédagogique au sein d'un monde scolaire demeurant rétif, sinon hostile, à la créativité et la sensibilité. L'enseignement artistique est donc accepté à la condition qu'il concentre l'éveil de ces qualités et, par voie de conséquence, en dispense toutes les autres disciplines. » (p. 167)

7. « Un rare témoignage vient éclairer les circonstances dans lesquelles se serait opéré ce qui apparaît bien comme une substitution. Pour Jacques Thuillier, successeur d'André Chastel au Collège de France, il ne fait en effet pas de doute que l'agrégation d'arts plastiques a été créée au détriment de celle d'histoire de l'art : "Tout pouvait donc paraître favorable et André Chastel put un temps penser que l'histoire de l'art allait sortir affermie de la crise [de mai 1968]. Mais d'autres, de leur côté, estimaient que la meilleure façon d'assurer la permanence de l'esprit révolutionnaire était de créer une agrégation pour les arts plastiques, dont l'entrée dans les universités avait été l'une des revendications et des conquêtes de Mai. L'auteur principal du projet, jusque-là brillant protégé d'André Chastel, courait les bureaux du ministère, et séduisait les directrices des services par son allure de jeune pâtre grec et son costume tout de velours doré. Au moment où l'agrégation d'histoire de l'art était en passe d'être créée, de Gaulle abandonna le gouvernement, Edgar Faure quitta le ministère ; et dans les jours qui suivirent paraissait au Journal officiel le décret instituant une agrégation d'arts plastiques [...]" » (note 2, p. 175)

8. « En réduisant le dialogue esthétique à ses éventuels effets sociaux, l'impasse est faite sur les fruits désintéressés, c'est-à-dire libérés de toute intention de distinction ou de domination, que chacun peut néanmoins en retirer. Cette dénonciation d'un usage philistin de la culture a aussi nourri la critique du caractère légitime des contenus de la culture dite légitime. Réduite à n'être qu'un instrument de domination et d'aliénation sociale, cette culture a perdu une part de son prestige. » (p. 191)

9. « Aujourd'hui, nos contemporains ressentent toujours davantage le besoin d'un espace franc de tout négoce, où il soit possible de penser sans escompter. Dans les jeunes générations, certains veulent se réapproprier le temps long en refusant des emplois chronophages qui exigent l'investissement de tout leur être. Les plus diplômés commencent à choisir des voies frugales et denses où le temps pour soi est beaucoup moins compté. D'autres développent des stratégies intégrant de larges périodes de chômage. De même, la durée des arrêts de travail chez les salariés de moins de quarante ans atteint des hauteurs inédites. Les motivations égoïstes ne suffisent pas à expliquer une telle évolution. La nécessité de réfléchir aux multiples incohérences du réel s'impose peu à peu aux plus indifférents. Depuis quelques années, le spectacle effrayant des catastrophes environnementales, sanitaires et climatiques a dévoilé brutalement les liens de causalité qui relient les catastrophes au règne exclusif des intérêts. À moins d'être nihiliste, pour une génération montante qui voit son patrimoine vital se dégrader sous ses yeux, la réflexion désintéressée n'est plus facultative. […] Or, l'otium studieux pourrait légitimement offrir un cadre à cette prise de conscience. Il correspond à l'urgence de se constituer un for intérieur vraiment autonome et fécond, propice à affronter les questions les plus métaphysiques. Il facilite le dialogue constant entre le cerveau sensible et la raison calculante. Il suppose d'entretenir une capacité d'attention désormais constamment menacée. Enfin, l'otium invite l'esprit à une attitude critique, d'interrogation constante, qui est le sel même de la conversation humaine.
[… Excipit :] L'État de droit ne peut mériter son nom s'il ne ménage pas à chacun un accès à l'otium, c'est-à-dire, au fond, la possibilité d'exprimer ce que peut être une vie humainement vécue. » (pp. 209-211)

----
[Recherchez la page de l'auteur de ce livre sur Wikipedia]
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2374


Posté: Mer 17 Fév 2021 14:41
MessageSujet du message:
Répondre en citant

L'otium est bien séduisant ! Mais il repose, me semble-t-il, sur le negotium des autres, si tout le monde doit vivre décemment. Après que les élèves soupirent d'aise et de regrets quand je leur démontre que presque un jour sur deux est férié dans le calendrier romain, qu'on ne travaillait guère que le matin, et ne parlons pas des jours fastes et néfastes... je précise aussitôt que c'est au prix de la liberté et de la confiscation du prix du travail d'autres hommes, qui "complètent" le manque à gagner. Je ne crois pas que d'autres données infirment ma thèse.
On me donnait aussi l'exemple de ces juifs de stricte observance en Israël, qui étudient la Bible, etc. pendant que leurs femmes vont travailler pour la famille mais assument encore les tâches du foyer (le problème venait aussi de la contestation croissante d'une allocation spécifique qui leur était donnée).
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1617
Localisation: Ile-de-France
Âge: 48 Poissons


Posté: Sam 20 Fév 2021 6:34
MessageSujet du message:
Répondre en citant

Deux petites précisions : dans les deux exemples que tu donnes, l'otium est rendu possible non par le negotium des autres, mais par l'esclavage des autres (esclaves et femmes). A Rome, ceux qui pratiquaient l'otium, pratiquaient généralement aussi le negotium, dans d'autres segments de la journée et à d'autres âges de leur vie. (D'ailleurs l'otium est déjà une version amoindrie de la skholê).
Ce qui me conduit à ma seconde considération : depuis le christianisme d'abord et le libéralisme ensuite, ce n'est pas l'alternance antique entre otium et negotium qui est contestée, c'est carrément la légitimité de l'otium dans l'absolu. Pour le christianisme, représenté idéalement par la vie monacale, le temps soustrait au labeur doit être consacré à la finalité du salut, pour le libéralisme, production et consommation doivent être finalisées à la poursuite de l'intérêt économique égoïste, y compris naturellement l'instruction scolaire (en vue de la préparation à l'activité professionnelle, au salariat de préférence), la santé (afin de la perpétuation de la production et de la consommation) ainsi que la création artistique (en vue d'être marchandisée).
Si tu penses que la vie décente de tout le monde exclut tout instant d'action désintéressée qui n'a d'autre but que l'élévation de soi, tu t'inscris dans la doxa et dans l'un de ces deux grands paradigmes. Naturellement, je ne t'y suis pas, mais je me permets de penser que tu n'as peut-être pas assez réfléchi à toutes les conséquences de cette opinion...
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1617
Localisation: Ile-de-France
Âge: 48 Poissons


Posté: Sam 20 Fév 2021 6:47
MessageSujet du message:
Répondre en citant

PS: J'avais sauté ta phrase très intéressante sur le "complément du manque à gagner". Extrêmement intéressante, en vérité, car elle révèle le postulat implicite de la maximisation du gain, ce qui est exactement le fruit de la révolution libérale. En d'autres termes, le gain peut (et donc doit) être maximisé, ne pas connaître de limite ; ce qui s'y oppose, notamment l'otium, est un manque à gagner, donc c'est nocif. Voilà le renversement de la pensée prémoderne, qui, tout au contraire, était soucieuse de l'évitement de l'hubris. On connaît les conséquences environnementales, sanitaires, sociales et même éthiques de cette révolution...
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
 
Auteur    Message
Swann




Sexe: Sexe: Féminin
Inscrit le: 19 Juin 2006
Messages: 2374


Posté: Lun 22 Fév 2021 12:04
MessageSujet du message:
Répondre en citant

« apo » a écrit:
Deux petites précisions : dans les deux exemples que tu donnes, l'otium est rendu possible non par le negotium des autres, mais par l'esclavage des autres (esclaves et femmes).

De l'inconvénient de parler par périphrases : c'est bien à l'esclavage que je pensais en parlant du negotium des autres dans ma réponse (cf. "au prix de la liberté et de la confiscation du prix du travail d'autres hommes").


Citation:
Si tu penses que la vie décente de tout le monde exclut tout instant d'action désintéressée qui n'a d'autre but que l'élévation de soi, tu t'inscris dans la doxa et dans l'un de ces deux grands paradigmes.

Non, pas du tout, je m'inscris dans l'idée qu'on ne peut pas asseoir son otium sur l'écrasement d'autrui dans un negotium forcé, qu'on ne peut pas distribuer gratuitement le blé à la plèbe sur, d'abord, le travail des paysans et surtout des esclaves dans les ergastules, ensuite sur l'asservissement sanglant de la Judée, "grenier à blé de Rome", pour donner un exemple. La question du temps de loisir et de travail non-rémunéré choisi n'était pas dans ma pensée.
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur absent
 
Auteur    Message
apo



Sexe: Sexe: Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2007
Messages: 1617
Localisation: Ile-de-France
Âge: 48 Poissons


Posté: Lun 22 Fév 2021 17:08
MessageSujet du message:
Répondre en citant

« Swann » a écrit:
La question du temps de loisir et de travail non-rémunéré choisi n'était pas dans ma pensée.


Nous voici donc au coeur du problème : les glissements sémantiques entre otium et loisir, et pour les langues qui en conservent l'étymologie visible dans le mot moderne - comme l'italien (ozio) et l'espagnol (ocio) - entre otium et acédie...
_________________
Sunt qui scire volunt
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé absent
Montrer les messages depuis:   
 
   Répondre au sujet  L'agora des livres Index du Forum » Essai/Document/Pratique
Informations
Page 1 sur 1
 
Sauter vers:  
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme : Creamy White ¦ Traduction : phpBB-fr.com (modifiée) ¦ Logo : Estelle Favre